Logo ETI Quitter la lecture facile

Buzz de science

Un séjour dans l’espace modifie le cerveau !

Posté le par Xavier Lula dans Insolite

La structure du cerveau est modifiée par les vols spatiaux. C'est la découverte d'une étude de l'Université du Michigan, parue dans npj Microgravity.

Voyager ou séjourner dans l’espace ne fait pas forcément du bien au cerveau. Pour s’en rendre compte, l’étude a comparé les scans IRM des cerveaux de 27 astronautes avant et après leur mission. Précisément, 13 astronautes avaient mené une mission spatiale d’environ deux semaines et 14 avaient vécu 6 mois au bord de la station spatiale internationale. Les données ont été obtenues auprès du système de surveillance de la santé des astronautes de la NASA.

De la matière grise qui prend plus ou moins de volume

Les chercheurs ont constaté une diminution considérable du volume de matière grise dans le cerveau de ces astronautes. Notamment dans de grandes zones couvrant les lobes temporal et frontal et autour des orbites. À l’opposé, ils ont découvert une augmentation de la quantité de matière grise dans des zones plus localisées, notamment celles contrôlant le mouvement des membres inférieurs. Une augmentation ou une baisse de la matière grise dans différentes parties du cerveau a été relevée chez l’ensemble des astronautes. Plus ceux-ci avaient séjourné longtemps dans l’espace, plus les modifications étaient importantes.

cerveau-espace
En bleu : les zones où la matière grise diminue,. En orange : zones où la matière grise augmente, dans les régions contrôlant le mouvement des jambes. C’est la première image de la façon dont les vols spatiaux modifient la structure du cerveau humain!

La baisse de volume de matière grise pourrait être liée à la redistribution du liquide céphalo-rachidien dans l’espace, avancent les chercheurs. « La gravité n’est pas disponible pour extraire les liquides vers le bas dans le corps, ce qui se traduit par un visage dit gonflé dans l’espace. Cela peut entraîner un décalage de la position ou de la compression du cerveau», explique Rachael Seidler, auteur principale de l’étude et professeur de Kinésiologie et psychologie à l’Université du Michigan. En revanche, l’augmentation du volume de matière grise reflète probablement la plasticité cérébrale associée au fait d’apprendre à se déplacer en microgravité 24 heures sur 24. Une preuve supplémentaire que notre cerveau s’adapte à beaucoup de choses.

Diverses études récentes ont identifié des risques pour le cerveau dans l’espace. Troubles cognitifs, de l’apprentissage, modifications du nerf optique… pourraient se multiplier dans l’espace. En cause? Une augmentation de la pression intracrânienne en conditions de microgravité. N’en déplaise aux fans de science-fiction, l’évolution semble avoir conditionné l’Homme pour vivre sur Terre, et non pas dans des vaisseaux.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !