Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Une plante génétiquement modifiée pour la phytoremédiation des sols pollués au plomb

Posté le par La rédaction dans Environnement

Une collaboration entre la faculté de bioressources de l'université de Mie (préfecture situé vers le centre de Honshu, l'île principale du Japon) et Chubu Electric Power (entreprise de production et de fourniture d'électricité active dans la même région) a abouti à la production d'une variante transgénique de Arabidopsis thaliana (une espèce de plante fréquemment employée comme modèle en recherche génétique) utilisable pour la phytoremédiation des sols pollués au plomb. Rappelons que ce dernier est un métal particulièrement toxique pour l'être humain. Explications.

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/61620.htmUne collaboration entre la faculté de bioressources de l’université de Mie (préfecture situé vers le centre de Honshu, l’île principale du Japon) et Chubu Electric Power (entreprise de production et de fourniture d’électricité active dans la même région) a abouti à la production d’une variante transgénique de Arabidopsis thaliana (une espèce de plante fréquemment employée comme modèle en recherche génétique) utilisable pour la phytoremédiation [1] des sols pollués au plomb. Rappelons que ce dernier est un métal particulièrement toxique pour l’être humain.Les chercheurs se sont intéressés à un gène du sarrasin, qui confère à cette plante une bonne tolérance au plomb,ainsi qu’une capacité à stocker une concentration élevée de ce métal dans ses tissus : il s’agit d’une plante hyperaccumulatrice. Cependant, le sarrasin est loin d’être une plante idéale pour la pratique de la phytoremédiation : ses racines ne peuvent pas atteindre des sols contaminés en profondeur, et il est trop sensible à certains autres métaux lourds, comme le nickel, pour être utilisé efficacement sur des sols contaminés par plusieurs polluants.Pour pallier ces difficultés, l’équipe de recherche a transféré le gène du sarrasin chez Arabidopsis thaliana. Par la suite, des plants transgéniques d’Arabidopsis, ainsi que des plants de type sauvage, ont été cultivés dans un milieu riche en plomb. Il s’est avéré que les racines des plants transgéniques ont atteint une longueur 2,5 fois plus importante que celles des plants de type sauvage. De plus, les plants possédant le gène du sarrasin ont accumulé trois fois plus de plomb dans leurs feuilles et 14 fois plus dans leurs racines.Une caractéristique particulièrement intéressante de la méthode est que le plomb accumulé dans les plantes peut ensuite être récupéré puis recyclé. Par ailleurs, l’application de la technologie à des plantes à croissance rapide comme le colza ou le tournesol pourrait permettre une production de masse de plantes pour la phytoremédiation. Les chercheurs souhaitent maintenant proposer leur technologie à des entreprises. [1] La phytoremédiation désigne la dépollution des sols ou des eaux par les plantes.Jean-Baptiste Bourdin est rédacteur pour la rubrique environnement des bulletins électroniques de l’ambassade de France au Japon 
Origine :
BE Japon numéro 524 (18/12/2009) – Ambassade deFrance au Japon / ADIT –http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/61620.html

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !