Article

1 - CONTRÔLE DIRECT DU FLUX STATORIQUE : DSC

2 - CONTRÔLE DIRECT DE COUPLE : DTC

3 - CONCLUSION

Article de référence | Réf : D3623 v1

Machines asynchrones - Commande par contrôle direct de couple

Auteur(s) : Bernard de FORNEL

Date de publication : 10 mai 2006

Pour explorer cet article
Télécharger l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !

Sommaire

Présentation

RÉSUMÉ

Encore très utilisée pour réaliser des variateurs de vitesse, la machine asynchrone pose pourtant un problème de commande de par son modèle complètement non linéaire. Cet article s’intéresse aux deux algorithmes de contrôle direct existants pour la machine asynchrone. Le contrôle direct du flux statorique (DSC) et le contrôle direct de couple (DTC) présentent beaucoup d’avantages, notamment par rapport au contrôle vectoriel : réduction du temps de réponse du couple, amélioration de la robustesse vis-à-vis des variations paramétriques, contrôle des amplitudes de modulation du couple et du flux, suppression du modulateur et des transformations de coordonnées. Certains inconvénients sont cependant à déplorer, dont la non-maîtrise de la fréquence de commutation pour la DSC.

Lire cet article issu d'une ressource documentaire complète, actualisée et validée par des comités scientifiques.

Lire l’article

ABSTRACT

 

Auteur(s)

  • Bernard de FORNEL : Ingénieur de l’École nationale supérieure d’électrotechnique, d’électronique, d’informatique et d’hydraulique de Toulouse (ENSEEIHT) - Professeur des universités, Institut national polytechnique (INP) de Toulouse

INTRODUCTION

La machine asynchrone, en raison de son faible coût et de sa robustesse, constitue actuellement la machine la plus utilisée pour réaliser des variateurs de vitesse. De par sa structure, la machine asynchrone à cage d’écureuil possède un défaut important par rapport à la machine à courant continu et aux machines de type synchrone. En effet, l’alimentation par une seule armature fait que le même courant crée le flux et le couple et ainsi les variations du couple provoquent des variations du flux. Ce type de couplage donne à la machine asynchrone un modèle complètement non linéaire, ce qui complexifie beaucoup la commande de cette machine. D’innombrables travaux ont été réalisés pour mettre au point des commandes performantes de la machine asynchrone à cage.

Le contrôle scalaire [Machines asynchrones- Commande par contrôle scalaire], bien adapté à certains types de variateurs, ne permet pas d’obtenir des performances très élevées, surtout dans les basses vitesses et forts couples. Il ne convient pas du tout pour réaliser un positionnement de la machine asynchrone.

Le contrôle vectoriel par orientation du flux rotorique [Machines asynchrones à contrôle vectoriel de flux] a été développé pour supprimer le couplage interne de la machine, provoquant des variations du flux liées à celles du couple. Beaucoup de travaux ont été effectués sur le contrôle vectoriel et de nombreux variateurs avec cette commande sont réalisés et utilisés pour de multiples applications, dans des domaines de puissance et de vitesse très variés. Cependant, bien qu’il donne des performances élevées à la machine asynchrone, le contrôle vectoriel par orientation du flux rotorique présente un certain nombre d’inconvénients :

  • faible robustesse aux variations paramétriques et en particulier à celles de la constante de temps rotorique ;

  • nécessité d’un modulateur pour la commande rapprochée de l’onduleur qui provoque des retards, surtout à basse fréquence de modulation (grande puissance). Ces retards sont responsables d’une augmentation du temps de réponse en couple, ce qui pénalise les variateurs utilisés en traction ;

  • présence de transformations de coordonnées dépendant d’un angle estimé ;

  • la vitesse de rotation intervient explicitement dans l’algorithme de commande. Quand on ne mesure pas cette vitesse (variateur sans capteur de vitesse), les erreurs sur l’estimée de cette vitesse dégradent les performances du variateur.

L’utilisation d’observateurs de flux a permis de réduire la sensibilité du contrôle aux variations de la constante de temps rotorique, mais non à l’annuler. On a également développé des structures d’estimation de cette dernière, ce qui a permis de compenser les effets des variations de cette constante de temps. De plus en plus de variateurs sont dépourvus de capteur de vitesse pour réduire les effets négatifs de ce dernier : coût prohibitif, fragilité... Quand le capteur de vitesse est remplacé par un estimateur ou un observateur, les performances sont dégradées à très basse vitesse (annulation de la pulsation statorique), ce qui correspond à une zone critique due à la perte d’observabilité de la vitesse.

La commande directe DSC (« direct self control ») a été mise au point pour une application spécifique qui est la traction ferroviaire de grande puissance. Celle-ci ne nécessite pas a priori de performances dynamiques très élevées, excepté que les transitoires de couple doivent être très rapides pour contrer les phénomènes de patinage et d’enrayage. La commande directe de couple (DTC) découle, dans ses principes, du DSC mais correspond à d’autres types d’applications pour pallier les inconvénients inhérents au contrôle vectoriel.

Deux algorithmes de commande de la machine asynchrone, selon ces principes, sont présentés ici :

  • le contrôle vectoriel direct du flux statorique (DSC : « direct self control ») ;

  • le contrôle direct de couple (DTC : « direct torque control »).

Ces méthodes directes, apparues dans les années 1980 ont été perçues comme concurrentes du contrôle vectoriel, car présentant plusieurs avantages :

  • réduction du temps de réponse du couple ;

  • amélioration de la robustesse vis-à-vis des variations paramétriques ;

  • contrôle des amplitudes de modulation du couple et du flux ;

  • suppression du modulateur et des transformations de coordonnées.

Cette loi de commande est donc bien adaptée aux fonctionnements sans capteur de vitesse, mais présente plusieurs inconvénients :

  • non-maîtrise de la fréquence de modulation de l’onduleur (compatibilité électromagnétique : CEM, pertes de commutation) ;

  • fréquence d’échantillonnage élevée ;

  • sensibilité de la commande aux variations de la résistance statorique, surtout à basse fréquence.

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 92% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

DOI (Digital Object Identifier)

https://doi.org/10.51257/a-v1-d3623


Cet article fait partie de l’offre

Conversion de l'énergie électrique

(277 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Conversion de l'énergie électrique

(277 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Sommaire
Sommaire

BIBLIOGRAPHIE

  • (1) - TAKAHASHI (I.), NOGUCHI (T.) -   A new quick response and high efficiency control strategy of an induction motor.  -  IEEE, IA-22, no 5, 820-827 (1986).

  • (2) - VON WESTERHOLT (E.) -   Commande non linéaire d’une machine asynchrone.  -  Thèse de doctorat, INP Toulouse (1994).

  • (3) - ONISHI (K.), MATSUI (N.), HORI (Y.) -   Estimation, identification and sensorless control in motion control system.  -  Proc. of the IEEE, 90, no 8, 1253-1256, août 1994.

  • (4) - DEPENBROCK (M.) -   Direct Self Control (DSC) of inverter fed induction machines.  -  IEEE Trans. On Power Electronics, 3, no 4, 420-429, oct. 1988.

  • (5) - TAKAHASHI (I.), KANMACHI (T.) -   Ultra wide speed control with a quick torque response AC servo by a DSP.  -  EPE Firenze, Proc., III, 572-577, sept. 1991.

  • (6) - POHJALAINEN (P.), TIITINEN (P.), LALU (J.) -   The next generation...

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Conversion de l'énergie électrique

(277 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS