Logo ETI Quitter la lecture facile
edf

Décryptage

Energies renouvelables : quand le PDG d’EDF oublie un pays modèle, le Portugal

Posté le par Xavier Lula dans Énergie

Le PDG d’EDF « ne crois pas que les énergies renouvelables puissent représenter une part majoritaire de la production d'électricité avant plusieurs décennies ». Cette croyance est-elle fondée ?

« A part pour quelques pays peu peuplés et très bien dotés d’énergies renouvelables, comme l’Islande ou la Norvège avec l’hydraulique, je ne crois pas que les énergies renouvelables puissent représenter une part majoritaire de la production d’électricité avant plusieurs décennies ». C’est ce que déclare le 26 août 2016 Jean-Bernard Levy dans un entretien accordé au journal Les Echos signé Véronique Le Billon et David Barroux.

Contrairement à l’Islande et à la Norvège, le Portugal a la même densité de population que la France. Ce qui rend caduc le premier argument de Jean-Bernard Levy. De plus il dispose de ressources hydro-électriques au fil de l’eau modestes. Pourtant il répond aujourd’hui à la majorité de ses besoins grâce aux EnR. Comment est-ce possible ?

En 2005 seulement 16% de l’électricité de ce pays du littoral atlantique était renouvelable, un niveau aussi modeste que celui observé aujourd’hui en France. Le seuil des 50% a été franchit dès 2010. Soit seulement 5 ans après. La transition énergétique, quand on a vraiment la volonté de la réaliser, peut ainsi être très rapide. En 2014, le Portugal a atteint 63% d’EnR.

Le pays du fado a même répondu à 97% de sa demande pendant 4 jours consécutifs en mai 2016 (Lire sur Techniques de l’Ingénieur l’article : Le Portugal 100% renouvelable pendant 4 jours ?). La STEP (Station de Transfert d’Energie par Pompage) d’Alqueva II, équipée par le français Alstom, a été inaugurée en 2013. Elle permet de stocker l’énergie électrique quand la ressource éolienne est abondante, et de la restituer quand elle est plus rare.

La France métropolitaine,  jouissant de trois façades maritimes, dispose d’un potentiel éolien très élevé. L’ADEME a d’ailleurs montré que l’hexagone peut répondre aux 2/3 de sa demande électrique avec l’énergie du vent. Jean Bernard Levy a-t-il également oublié cette donnée scientifique essentielle pour la qualité du débat énergétique ?

Le temps, c’est de l’argent. Le PDG d’EDF, manifestement, cherche à en gagner. Une transition rapide vers les EnR serait en effet nuisible à la rentabilité, déjà compromise par l’effondrement du prix de l’électricité sur le marché, des centrales nucléaires en place. Pourquoi ne pas dire clairement cette vérité  au lieu de chercher par tous les moyens à dénigrer les EnR ?

Même des îles isolées parviennent à présent à atteindre de très hauts niveaux d’éolien. La France, électriquement connectée à de nombreux pays, serait-elle incapable de faire aussi bien que le Portugal ou que la communauté isolée de Marble Bar et Nullagine en Australie qui répond à 60% de sa demande électrique annuelle grâce au solaire photovoltaïque ?  Ceci grâce à une approche intelligente mise au point par le géant helvético-suédois ABB et reposant  sur les volants d’inertie permettant de réguler à volonté tension et fréquence.

Le potentiel du solaire photovoltaïque en toiture (a lui seul) est de 400 TWh par an en France selon l’ADEME. Pays dont la demande électrique totale est d’environ 500 TWh par an. Le passage à un parc automobile 100% électrique n’induira qu’une hausse de 10 à 15% de cette demande.

Quand on veut, on peut.

Olivier Daniélo

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula

Les derniers commentaires

  • C’est très étonnant de voir que le parc automobile 100% électrique évolue plus vite que les toitures photovoltaïques alors que ces dernières apportent plus de liberté dans le quotidien des utilisateurs.

  • Bonjour,

    Nouveau sur ce site, je suis tout d’abord étonné de trouver des articles très orientés, je m’attendais à une neutralité s’arrêtant à un report d’information.

    Sur le fond, OP oublie de prendre en compte le coût de la sortie du nucléaire qui coûterait malheureusement plus cher qu’un sac de billes.

    Je rejoins plusieurs avis disant que la seule ENR intéressante (pour notre pays) est l’hydraulique. A part si vous souhaitez que le paysage français ressemble à un immense champ d’éoliennes… Globalement, une centrale nucléaire du parc français produit autant d’énergie électrique que 4000 éoliennes (à méditer).
    Qu’on se le dise, le nucléaire fournit l’énergie la moins chère. J’imagine le nombre de personnes dans la rue si on se prenait une hausse de 25-30% du coût de l’électricité tel que payent tous nos voisins.
    L’énergie nucléaire est TRES peu polluante, aucun rejet dans la nature malgré toute la désinformation médiatique ou les rumeurs lancés par des incultes.
    D’ailleurs ces mêmes médias, pourquoi ne relayent-ils pas le problème de fumées polluantes des centrales thermiques venant d’Allemagne et d’autres pays survolant la France et qui empêchent même nos avions de décoller?

    Pour toutes ces raisons, oui, les ENR ne sont pas prêtes de passer majoritaires.

  • Information complémentaire: les Energies Renouvelables ont couvert la majorité (50,7%) de la consommation électrique globale Portugal + Espagne au 1er semestre 2016 (janvier à Juin inclus). Eolien (23,6%) + Hydro (20,4%) + Solaire PV (3,1%) + Thermosolaire (1,9%) + autres EnR (1,7%). Les filières non durables complètent le bouquet, dont le nucléaire avec 22,7% et le charbon (8,3%). Les données brutes et graphiques sont consultables depuis cette page: https://demanda.ree.es/movil/peninsula/demanda/total

    Question de fond concernant notre avenir énergétique (y compris transports automobiles): la France, électriquement reliée à l’ensemble des pays voisins (UK, Belgique, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne) est-elle condamnée à faire moins bien que la péninsule ibérique (Espagne + Portugal) qui bénéfie pourtant de beaucoup moins d’interconnexions (France et Maroc) ?

  • Réponse à zerrac: le KWh est une unité d’énergie, et non de puissance (programme de Collège, niveau 3ème). 1 TWh = 1 milliard de KWh. Veuillez consulter l’étude ADEME indiquée.

    Réponse à jacky89: Le contenu de votre commentaire n’a rien de scientifique étant donné qu’il ne contient aucun argument et aucune référence scientifique appuyant votre propos.
    Il vous est donc impossible de donner une leçon de scientificité. Vous estimez que le Portugal est un pays qui n’existe pas ? Veuillez par ailleurs prendre connaissance de la littérature scientifique mondiale. Si vous ne comprennez pas l’anglais vous pouvez lire l’étude ADEME sur la France 100% EnR, certes formatées par l’état, mais néanmoins instructive.

    Réponse à Jean-marc D.: que le Portugal ait installé ou pas des éoliennes en 2015 ne change strictement rien: le pays dont la densité de population est la même que la France a démontré qu’un mix à majorité EnR est possible grâce aux EnR fluctuantes combinées à l’hydro. L’interconnexion avec l’Espagne ne « fausse » rien: au contraire l’interconnexion est l’un des outils de flexibilité disponibles pour intégrer les EnR fluctuantes. Et ABB a démontré que même des systèmes électriques austaliens complètement isolés permettent d’intégrer 60% de solaire PV (lien dans le corps de l’article). L’éolien et le solaire étant parfaitement complémentaire en France à l’échelle saisonnière, les perspectives dressées dans le rapport de l’ADEME mentionné n’ont rien de scandaleux, ni sur le plan technique, ni sur le plan économique.

  • Le Costa-Rica n’est pas forcément un bon exemple: en effet le pays regorge de ressources hydrauliques, par conséquent atteindre le 100% EnR n’est pas vraiment difficile, situation similaire à celle de la Norvège. L’Uruguay me semble un exemple plus pertinent, un modèle pour l’ensemble de l’Amérique latine. Il est question dans ce petit dossier de ces 2 pays:
    http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/au-mexique-la-ville-de-la-paz-passe-au-100-solaire-stockage-1017/

  • @MaxKx : la consommation finale d’électricité par habitant du Costa Rica est autour de 1,9 MWh/an/hab. En France, c’est 7,3 MWh, et 7,1 pour l’Allemagne. Presque un facteur 4 avec la France, et un pays qui bénéficie d’un bilan hydrique particulièrement favorable. Bref avec cette consommation d’électricité, et de telles précipitations, ses 25 GW de barrages hydraulique suffirait à la France pour s’alimenter.

    @Auteur :
    Ce qui manque dans l’article, c’est que le Portugal a quasiment arrêté d’installer la moindre éolienne depuis 3 ans, en fait le bilan 2015 est rigoureusement à 0 ! Curieux non si c’est un tel succès ? En réalité quand on rentre dans le détails, les choses sont assez différentes, et confortent au final la position d’EDF.

    Il faut compléter un peu ce que déclare Jean-Bernard Levy, seul l’hydraulique s’intègre facilement pour atteindre des pourcentages très élevés, et il a bien les limitations qu’il décrit. Alors comment le Portugal peut atteindre de tels pourcentages avec l’éolien ? Parce que l’évaluation est faussée par le fait que le considérer indépendamment n’a guère de sens, sa production électrique étant entièrement intégrée dans celle de l’Espagne. Lorsque la production atteint des valeurs qui posent problème, c’est le réseau Espagnol qui vient à la rescousse, connecté à tel point à celui Portugais, que regarder les 2 séparément ne fait pas plus de sens que regarder la Bretagne à part du reste de la France.

    Bref ce que sait bien n’importe quel ingénieur, c’est que nier les réalité physique pour affirmer que la volonté suffit conduit aux pires désastres.

  • Ne comparez-vous pas une puissance crête de 400 TWh/an à une puissance ffectivement consommée de 500 TWh/an ?
    Dans ce cas, avec un rendement de 13%, il faudrait afficher pour le solaire un potentiel de 55 TWh/an, ce qui rend votre article moins spectaculaire !!!

  • dans quelques décennies ? absurde jamais… les énergies intermittentes (éolien et solaire) ne seront jamais capables pour de multiples raisons de devenir des sources importantes d’électricité ! c’est une vaste escroquerie et c’est inadmissible qu’un site qui se prétend scientifique propage de telles stupidités !


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !