Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Google investit les profondeurs avec ses câbles sous-marins

Posté le par Séverine Fontaine dans Informatique et Numérique

Le besoin de connectivité double tous les deux ans entre l’Europe et les Etats-Unis. Google, qui a investi dans 14 câbles de télécommunications sous-marins, finalise son installation transatlantique.

Pour répondre à la croissance massive du trafic internet mondial, les géants du web investissent les fonds marins en posant leurs câbles de télécommunications. C’est le cas de Google qui a investi dans 14 câbles de télécommunications sous-marins (voir la liste en fin d’article), dont quatre à titre privé. Le premier est brésilien : Junior, 390 kilomètres, relie Rio de Janeiro à Santos. Le deuxième, Curie, mesure 10 000 km et est équipé de quatre paires de fibres optiques de 18 Tbit/s. Il relie Los Angeles (Californie) à la côte pacifique de Valparaiso (Chili).

Le troisième, en cours, a été baptisé Dunant. D’une longueur de 6 600 km, le câble va relier les États-Unis et la France. Le câble transatlantique servira particulièrement aux activités cloud de Google. Il est construit et installé par le groupe américain TE Subcom. Le 13 mars dernier, Orange a annoncé avoir procédé à l’atterrissement du câble transatlantique Dunant à Saint-Hilaire-de-Riez en Vendée. “L’axe Europe-Etats-Unis est une des routes sous-marines les plus importantes du globe avec un besoin de connectivité qui double tous les deux ans”, explique Orange. Le câble aura une vitesse de transmission de 250 Tbit/s, contre un débit moyen de 30 térabits pour ceux déjà en service.

Premier câble des Gafam en France

Avec ce déploiement, Orange va bénéficier de deux paires de fibres optiques d’une capacité pouvant aller jusqu’à 30 Tbit/s chacune, soit de quoi transférer une vidéo de 1Go en 30 microsecondes. Le câble en contient douze. Premier câble sous-marin des Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) dans l’Hexagone, Dunant sera également le premier à relier les États-Unis à la France depuis plus de 15 ans. Sur les côtes américaines, l’atterrissement reste encore à réaliser, ainsi que la pose du câble dans les profondeurs et l’assemblage des trois parties, pour une mise en service initialement prévue fin 2020.

Le quatrième, Equiano, reliera le Portugal et l’Afrique du Sud en 2021. Aucune information n’est cependant communiquée au sujet de sa longueur. “Le câble Equiano est une infrastructure de pointe basée sur la technologie de multiplexage par division spatiale (SDM), avec environ 20 fois plus de capacité de réseau que le dernier câble construit pour desservir cette région”, affirme Google sur son blog.

Une carte des câbles Google déployés à travers le monde /Google

Des kilomètres de câbles Google à travers le monde

Plus de 400 câbles sous-marins sont en service dans le monde. Google détient ou co-détient 14 partout dans le monde :

Curie – 2019

  • 10 000 km de Los Angeles (Californie) à la côte pacifique de Valparaiso (Chili).
  • Détenu à 100 % par Google.

Unity – 2010

  • 9 620 km de Chikura (Japon) à Redondo Beach (Californie).
  • Co-détenu par Google, Telstra, Singtel, KDDI, Airtel (Bharti) et Time.com

Southeast Asian Japan Cable (SJC) – 2013

  • 8 900 km avec des points d’atterrissement couvrant Chikura (Japon), Chung Hom Kok (Hong Kong), Nasugbu (Philippines), Shantou (Chine), Telisai (Brunei) et Tuas (Singapour).
  • Co-détenu par Google, Globe Telecom, KDDI, Telkom Indonesia, Singtel, China Telecom, TOT, China Mobile, Chunghwa Telecom et Brunei International Gateway.

Faster – 2016

  • 11 629 km de Bandon (Oregon, Etats-Unis) à Tanshui (Taïwan), avec deux points d’atterrissement supplémentaires à Chikura et Shima (les 2 au Japon).
  • Co-détenu par Google, KDDI, Singtel, China Telecom, China Mobile et Time.com

Monet – 2017

  • 10 556 km des Etats-Unis au Brésil, avec trois points d’atterrissement à Boca Raton (Floride), Fortaleza et Santos (les 2 au Brésil).
  • Co-détenu par Google, Angola Cables, Algar Telecom et Antel Uruguay.

Junior – 2018

  • 390 km de Rio de Janeiro à Santos.
  • Détenu à 100 % par Google.

Tannat – 2018

  • 2 000 km de Las Toninas (Argentine) à Santos (Brésil), avec un point d’atterrissement à Maldonado (Uruguay).
  • Co-détenu par Google et Antel Uruguay.

Pacific Light Cable Network (PLCN) – 2019

  • 12 971 km avec des points d’atterrissement à Deep Water Bay (Hong Kong), Aurora (Philippines), San Fernando City (Philippines), Toucheng (Taiwan) et Segundo (Californie)
  • Co-détenu par Google, Facebook et Pacific Light Data Communication

Indigo Central – 2019

  • 4 850 km de Perth à Sydney (Australie)
  • Co-détenu par Google, Superloop, Singtel, Indosat Ooredoo, et le réseau universitaire et de recherche autralien (AARNET)

Indigo West – 2019

  • 4 600 km avec des points d’atterrissement à Jakarta (Indonésie), Tuas (Singapour) et Perth (Australie)
  • Co-détenu par Google, Superloop, Telstra, Singtel, Indosat Ooredoo, et le réseau académique et de recherche autralien (AARNET)

Havfrue/AEC-2 (2019)

  • 7 200 km de Wall Towship (New Jersey) à l’Europe occidentale avec des points d’atterrissement à Lecanvey (Irlande), Blaabjerg (Danemark) et Kristiansand (Norvège)
  • Co-détenu par Google, Facebook, Aqua Comms et Bulk Infrastructure

Japan-Guam-Australia South (JGA-S) (2019)

  • 6 200 km de Piti (Guam) à l’Autraslie avec des points d’atterrissement à Maroochydore et Sydney.
  • Co-détenu par Google, RTI et AARNET.

Hong Kong-Guam (HK-G) (2020)

  • 3900 km à travers la mer des Philippines, avec des points d’atterrissement à Piti (Guam) et Tseung Kwan O (Hong Kong).
  • Co-détenu par Google et RTI.

Dunant (2020)

  • 6 400 km de Virginia Beach (Etats-Unis) à Saint-Hilaire-de-Riez (France).
  • Détenu à 100 % par Google.

Equiano (2021)

  • La longueur de câble n’a pas été indiquée, mais il reliera Lisbonne (Portugal) à Melkbosstrand (Afrique du Sud), avec des points d’atterrissement au Lagos (Nigéria), sur les îles Saint-Hélène (Baie de Rupert), Ascension et Tristan de Cunha.
  • Détenu 100 % par Google.

Photo de Une : Orange a réalisé les travaux d’atterrissement du câble sous-marin de Google /Orange

Pour aller plus loin

Posté le par Séverine Fontaine


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !