Logo ETI Quitter la lecture facile

L’agriculture urbaine au service des villes en transition

Posté le par La rédaction dans Environnement

Selon la Food and Agriculture Organization (FAO) et les Nations unies, environ 60% de la population mondiale vit en zone urbaine. Cette tendance à la densification urbaine devrait s’accentuer dans les années à venir, avec des variations d’intensité selon les régions. Les problématiques sociales et environnementales importantes pour les villes vers lesquelles affluent les nouveaux arrivants sont à prendre en compte.

La densification urbaine peut être perçue comme une opportunité environnementale dans le sens où elle permet de lutter contre l’étalement urbain (les zones urbaines représentent actuellement seulement 3 % des terres émergées de la planète), d’éviter l’artificialisation des terres, identifiée comme une sévère menace écologique, et de limiter les déplacements des citoyens qui travaillent et logent en ville. Mais l’augmentation démographique dans les villes engendre aussi des pressions sur l’environnement et la santé publique, contribue à accroître la pauvreté et l’exclusion sociale et participe à une vulnérabilité croissante des villes, avec en particulier des conflits pour l’usage des sols. De plus, des pollutions sont fréquemment observées en zones (péri)urbaines avec de possibles impacts sanitaires. Les controverses sociales et environnementales, notamment autour de l’utilisation des produits phytosanitaires ou engrais minéraux, sont récurrentes.

Il devient donc crucial de développer des villes plus accueillantes (avec suffisamment de logements, services…), esthétiques et nourricières (paysages nourriciers), des villes à l’atmosphère respirable et résilientes pour faire face à la forte pression anthropique et au changement climatique.

Une des conditions essentielles pour promouvoir la durabilité des villes est l’organisation circulaire et synergique entre les flux de matières et les énergies. Ceci implique au préalable de réduire les flux et d’éco-concevoir les matériaux et produits pour éviter la dispersion de polluants (éco)toxiques. La figure ci-dessous représente par des doubles flèches la circulation et les interactions entre les divers secteurs.

La circularité du métabolisme urbain pour promouvoir la durabilité des villes

Parmi les solutions développées pour accroître l’efficience et la circularité du métabolisme urbain, réduire l’empreinte écologique des villes, favoriser le bien-être et la santé des populations, les projets d’agricultures urbaines (AU) apparaissent particulièrement pertinents. Jardins collectifs et familiaux, gestion des territoires ou sciences participatives, plus de 800 millions de personnes dans le monde s’impliquent actuellement dans des projets d’agriculture urbaine. L’AU apporte des solutions concrètes aux défis des villes durables en rendant des services complémentaires tels que la production locale de denrées alimentaires, la valorisation des déchets, le renforcement des liens sociaux ou l’éducation à l’environnement.

Extrait de Rôles de l’agriculture urbaine dans les transitions écologiques de Camille Dumat.

Exclusif ! L’article complet dans les ressources documentaires en accès libre jusqu’au 13 février !

Rôles de l’agriculture urbaine dans les transitions écologiques , un article de Camille DUMAT

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !