Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Les aliments anti-cholestérol n’apportent pas de bénéfice santé avéré

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

L’Anses publie un avis mettant en garde contre la consommation d’aliments contenant des phytostérols, composants dit anti-cholestérol.

Voilà qui ne va pas faire plaisir aux acteurs du marché des aliments anti-cholestérol. Non seulement leurs produits ne seraient pas efficaces, mais en plus ils pourraient présenter un danger de santé ! Ce sont en tout cas les conclusions de l’Anses, dont l’avis vient d’être publié. L’action anti-cholestérol vantée pour ces aliments, principalement des margarines, des yaourts et des vinaigrettes, provient de la présence de phytostérols. Il s’agit de composés naturellement présents dans les plantes telles que les graines et les oléagineux, concurrents direct du cholestérol au niveau de l’absorption intestinale. Ceux-ci contribuent donc à ce que le corps absorbe moins de cholestérol, une action à première vue bénéfique. D’ailleurs, les études montrent qu’ils permettent d’abaisser le taux de cholestérol de 10% sur plusieurs semaines voire plus d’un an. Malheureusement, 30% de la population ne serait pas apte à en profiter du fait d’une capacité de synthèse de cholestérol trop élevée. Quoi qu’il arrive et quelles que soient les quantités de phytostérols présentes, ces personnes assimileront toujours autant de cholestérol. L’Anses enfonce le clou en ajoutant que la baisse du taux de mauvais cholestérol n’entraîne pas à elle seule une diminution des risques cardiovasculaires.

Non seulement les aliments anti-cholestérols sont inefficaces pour lutter contre les maladies cardiovasculaires, mais en plus ils seraient néfastes pour certaines populations fragiles comme les femmes enceintes et allaitantes. En cause la diminution de b-carotène en parallèle d’une augmentation du taux de phytostérols pourrait augmenter les risques cardiovasculaires ! Un comble.

L’Anses en profite pour rappeler que diminuer le risque cardiovasculaire passe par l’arrêt du tabac, la pratique d’une activité sportive et une alimentation équilibrée. 

Par Audrey Loubens, journaliste scientifique

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !