Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Remodeler un objet imprimé en 3D pour rattraper des erreurs

Posté le par Philippe Richard dans Matériaux, Biotech & chimie

De la maquette, au prototype en passant par la pièce de fabrication, les technologies de fabrication additive sont de plus en plus appréciées dans l’industrie. Ce sera encore plus le cas après la découverte du MIT.

La fabrication additive (plus connue sous le terme d’impression 3D) présente plusieurs avantages : matériaux de plus en plus performants, réduction du poids et des coûts, conception de pièces expérimentales… Mais elle est encore pénalisée par une productivité assez faible par rapport à des process conventionnels et des outils informatiques mal adaptés. Et il y a les fameuses erreurs que l’on constate à la fin, lorsque l’objet vient d’être imprimé. Jusqu’à présent, il n’était pas possible de rattraper les erreurs ; il fallait tout recommencer.

Dorénavant, cette contrainte n’existe plus. Le MIT (Massachusetts Institute of Technology ) a trouvé une méthode qui permet de modifier la forme, la taille ou la couleur après coup. Dans leur article scientifique publié par ACS Central Science, les chercheurs expliquent qu’ils sont parvenus à jouer sur les propriétés mécaniques d’un objet en altérant sa dureté. Ils ont également réussi à modifier ses propriétés hydrophobiques, à le faire enfler ou rétrécir en utilisant un monomère sensible à la température. Leur secret ? La polymérisation vivante. Les polymères qui composent la matière restent en quelque sorte actifs, prêts à répondre à une stimulation, en l’occurrence la lumière bleue d’une LED.

Au lieu de recourir à la traditionnelle impression qui consiste à diffuser de la lumière sur des monomères à l’état liquide – la base du plastique et d’autres matières – jusqu’à obtenir des couches compactes de polymère, Johnson et son équipe ont décidé, en 2013, d’utiliser la « polymérisation vivante ». Son principe reste le même, à une différence près ; elle crée des matières dont la croissance peut ensuite être réactivée grâce à un rayonnement ultraviolet.

Pour l’instant, les applications ne sont réalisées qu’en laboratoire, car il est impératif que les catalyseurs organiques soient placés dans un environnement sans oxygène, d’où l’objectif principal des chercheurs, de tester d’autres sortes de catalyseurs.

Philippe Richard

Pour aller plus loin

Posté le par Philippe Richard


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !