Logo ETI Quitter la lecture facile

Renault accélère sur le véhicule autonome en France

Posté le par Matthieu Combe dans Entreprises et marchés

Renault a annoncé la commercialisation d'au moins dix véhicules possédant des capacités autonome d'ici 2020. Le groupe travaille notamment sur une batterie de tests sur route et mène des simulations.

L’Alliance Renault-Nissan, créée en 1999, s’est engagée en janvier 2016 à lancer plus de dix véhicules possédant des capacités autonomes d’ici 2020. Dont des véhicules possédant des capacités autonomes de niveau 4 « Eyes off/hands off ». Ces véhicules pourront rouler sans intervention humaine, notamment pour franchir les intersections.

Une batterie de tests d’ici 2020

Dans cette perspective, Renault mène des tests sur la N118 entre Boulogne-Billancourt et Vélizy. L’entreprise y fait rouler six modèles Espace depuis plus d’un an, rapportent les Echos. Et l’entreprise va accélérer. Elle compte ainsi déployer plusieurs dizaines de véhicules tests d’ici 2018 dans plusieurs villes de France et multiplier les simulations.

L’Alliance Renault-Nissan mène en effet des essais virtuels de véhicules autonomes utilisant le logiciel de simulation de conduite SCANeR, inventé par Renault et co-développé avec Oktal, entreprise française de conception de solutions de simulation. Le Groupe Renault a par ailleurs annoncé début juillet l’acquisition de 35% d’une nouvelle joint-venture, Autonomous Vehicle Simulation (AVS), avec cette entreprise. Cette acquisition vise à apporter un ensemble de technologies de pointe pour développer les simulations, dont le logiciel SCANeR.

Partenariat entre Renault et Transdev

Preuve de l’accélération des travaux, l’Alliance Renault-Nissan et Transdev, leader mondial des services de mobilité, collaborent depuis février 2017. Objectif : concevoir des flottes de véhicules électriques autonomes pour les transports publics et les transports à la demande. Ce service permettra aux clients de réserver leurs trajets, et aux opérateurs d’exploiter et de gérer une flotte de véhicules autonomes. Ils fonctionneront sur des trajets prédéfinis avec des points de ramassage et de dépose prédéterminés. La recherche portera dans un premier temps sur des essais de terrain à Paris-Saclay avec des Renault Zoe, et sur la plateforme de répartition à la demande, de supervision et de routage élaborée par Transdev.

Le premier service de transport à la demande opéré par véhicules électriques autonomes se déploiera ensuite en Normandie, à Rouen. Le service proposera différents trajet  sur voie ouverte à la circulation. La première boucle sera de 1,5 km avec trois véhicules Renault ZoeOE. Après la validation des tests techniques, le  service de transport à la demande partagé sera ouvert au public en 2018. Puis, en 2019, les zones desservies seront étendues.

Partenariat entre Renault et Sanef

Des expérimentations sont aussi en cours pour développer les communications entre les véhicules autonomes et les infrastructures routières. Et tester le passage des barrières de péage ainsi que l’approche des zones de travaux. Objectif: créer une expérience de conduite « eyes off/hands off » pour donner du temps libre aux voyageurs. Cette expérimentation est conduite en Normandie, sur l’autoroute A13 grâce à l’infrastructure connectée développée par le groupe Sanef. Ce test continuera jusqu’au milieu de l’année 2018.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !