Logo ETI Quitter la lecture facile

Vers 120% d’énergies fossiles en trop en 2030

Posté le par Matthieu Combe dans Environnement

Le monde se met en route pour produire un surplus de combustibles fossiles de 120% d’ici 2030 par rapport à ce qu’il faudrait pour limiter le réchauffement à 1,5 °C. Voici l’alerte lancée par le rapport « Production Gap ».

Le rapport « Production Gap » (l’écart de production, en français) est le fruit de centres de recherches sur l’énergie et du climat, avec le soutien du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Il estime pour la première fois l’écart entre les objectifs de l’Accord de Paris et la production prévue de charbon, de pétrole et de gaz dans le monde. À cette fin, le rapport passe en revue les politiques et actions visant à développer les combustibles fossiles dans dix pays producteurs : Chine, États-Unis, Russie, Inde, Australie, Indonésie, Canada, Allemagne, Norvège et Royaume-Uni.

Un futur rempli d’énergies fossiles

Sans changement radical, le fossé d’émissions se creusera rapidement. Le monde produira beaucoup trop d’énergie fossiles en 2030, +53 %, par rapport à un monde compatible avec un réchauffement à 2°C et +120 % par rapport à un réchauffement limité à 1,5°C.

La production de charbon est particulièrement concernée. Le rapport estime que les pays prévoient de produire 150 % de charbon en trop pour limiter le réchauffement à 2°C.  Et 280 % en trop par rapport à une réduction du réchauffement à 1,5 ° C.

Le pétrole et le gaz devraient également dépasser les budgets carbone, avec des investissements continus et empêchant le développement des alternatives. D’ici 2040, les pays produiraient entre 40 % et 50 % de pétrole et de gaz en trop par rapport aux prévisions compatibles avec une limitation du réchauffement à 2 ° C.

Des solutions à déployer d’urgence

Les pays ont de nombreuses options à leur disposition pour réduire l’écart de production. Le rapport les invite notamment à limiter l’exploration et l’extraction des énergies fossiles. Il conseille aussi de supprimer les subventions et d’aligner les plans de production futurs sur les objectifs climatiques.

Le rapport sur les écarts de production est publié alors que plus de 60 pays se sont déjà engagés à mettre à jour leurs contributions déterminées au niveau national dans le cadre de l’Accord de Paris d’ici 2020. « Les pays peuvent utiliser cette opportunité pour intégrer des stratégies de gestion de la production de combustibles fossiles dans leurs contributions déterminées au niveau national [CND] – ce qui les aidera à atteindre leurs objectifs de réduction des émissions », conseille Niklas Hagelberg, coordinateur du PNUE pour le changement climatique.

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !