Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

« Il faut assurer la diffusion des nanotechnologies dans le tissu industriel »

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

[Interview] Vincent Pessey - Alcimed

Les nanotechnologies ne génèrent pas encore de véritables ruptures technologiques et leurs applications restent pour l'instant cantonnées à des volumes assez limités. Pour profiter au mieux de la révolution à venir, la France devra mieux valoriser sa recherche et créer une véritable filière industrielle. Le point avec Vincent Pessey, responsable du pôle d’expertise nanotechnologies d’Alcimed.

Les nanotechnologies ne génèrent pas encore de véritables ruptures technologiques et leurs applications restent pour l’instant cantonnées à des volumes assez limités. Pour profiter au mieux de la révolution à venir, la France devra mieux valoriser sa recherche et créer une véritable filière industrielle. Le point avec Vincent Pessey, responsable du pôle d’expertise nanotechnologies du cabinet de conseil Alcimed.

Technique de l’ingénieur : D’après l’Union européenne, le marché des nanotechnologies atteindra 1.000 à 2.000 milliards de dollars en 2015. Pourquoi la fourchette est-elle aussi large ?

Vincent Pessey : Le marché est difficile à évaluer. Tout dépend de ce que l’on inclut dans le marché. Par exemple, dans le cas des ordinateurs où la fabrication est liée à l’utilisation des nanotechnologies, faut-il compter tout le marché des ordinateurs ? On va bientôt trouver des nanotechnologies dans de nombreux produits de consommation, cela représente un marché très important. On s’attend à une quatrième révolution industrielle. Mais la diversité des applications possibles rend difficile un chiffrage précis.

Historiquement on parlait de 1.000 milliards de dollars en 2010 / 2015. Nous sommes en 2010…

Nous ne sommes pas sur le scénario le plus rapide, mais nous sommes dans le scénario moyen. On utilise les nanotechnologies dans la microélectronique car les finesses de gravure mises en œuvre aujourd’hui sont en dessous de 100 nm. Elles permettent de poursuivre la course à la miniaturisation et ont permis jusqu’à présent de suivre la loi de Moore. Cependant, au-delà de la microélectronique, il existe peu de marchés de masse. Les applications restent encore au niveau de marchés de niche. Aujourd’hui, pour la plupart des applications, nous sommes encore en train de faire la courbe d’apprentissage et des marchés d’importance devraient bientôt arriver.

Qu’en est-il des nanomatériaux ?

En ce qui concerne les nanomatériaux, nous sommes dans une phase de multiplication des applications ponctuelles avec des volumes assez faibles. Ces applications sont dans une démarche d’innovation incrémentale. Par exemple dans l’automobile, on utilise des pièces en nanocomposites pour leur légèreté, leur résistance mécanique. Mais seules certaines gammes sont aujourd’hui concernées. Au global, on comptabilise près de 800 nanoproduits, mais ils sont le plus souvent portés par des start-ups, avec des volumes de vente limités. A plus long terme, les nanotechnologies devraient également être porteuses de véritables ruptures (nouvelles fonctionnalités ou combinaison de fonctionnalités, nouveau mode de production…). Les développements techniques sont en cours auxquels viennent se greffer des réflexions concernant la mise sur le marché avec les problématiques d’hygiène, de sécurité et d’environnement.

Dans la préface du Guide 2010 des nanotechnologies (édité par les Editions Techniques de l’ingénieur), vous écrivez que 2010 sera l’année des nano …

Fin 2010 mi-2011, j’ai le sentiment que l’on devrait voir arriver plus d’applications, dans des volumes supérieurs. La question est de savoir comment nous allons gérer les problématiques HSE [ndlr : hygiène, santé, sécurité] et leur impact sur le développement des produits (voir le Guide 2010 des nanotechnologies).

A plus long terme, comment va se dérouler la « révolution » ?

La révolution se fera en deux vagues. Une première période concernera principalement les matériaux intelligents, notamment dans le bâtiment, qui vont modifier notre relation à l’environnement extérieur. Une deuxième vague, la révolution industrielle, correspond à de nouveaux modes de production, basés en grande partie sur l’ingénierie moléculaire.

Comment la France se positionne-t-elle au niveau mondial ?

Nous avons des champions nationaux comme Arkema ou Rhodia en pointe dans les nanotechnologies, des start-ups, ainsi qu’une recherche performante. Cependant, se pose le problème de la valorisation de la recherche dans l’industrie, problème qui dépasse d’ailleurs le cadre des nanotechnologies. Nous n’avons pas de filière industrielle réellement en place. Comment les PME peuvent-elles avoir accès à ce savoir-faire ?

Tout en prenant en compte les aspects HSE, il faut assurer la diffusion dans le tissu industriel. Cela passera par nos champions, comme par exemple dans le textile ou l’automobile. Les nanotechnologies permettront d’apporter de nouvelles fonctionnalités pour les consommateurs, ou un gain dans la production pour les industriels, ce qui leur donnera un avantage compétitif.

Par ailleurs, pour que la France se positionne bien dans les nanotechnologies, il me semble important de créer une culture nano. Cela passe par exemple par le grand débat, par l’enseignement au collège et au lycée ou par des diplômes comme cela se passe à Grenoble. Concernant le grand débat, il ne faut pas s’en tenir à un bilan rapide, cela doit être un point de départ pour autre chose.

On a souvent l’impression que les industriels jouent la politique de l’autruche et refusent d’aborder le sujet HSE concernant les nano. Qu’en pensez-vous ?

Les industriels sont en phase d’observation et de réflexion, ce n’est donc pas facile de communiquer dessus. Ils ont des recherches en cours mais pas toujours de produits. Par ailleurs, il ne faut pas généraliser, ni faire d’amalgames. Les nanomatériaux n’ont pas tous la même dangerosité. En communiquant, les industriels peuvent craindre d’être catalogués sans raison valable.

Propos recueillis par Corentine Gasquet

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !