Logo ETI Quitter la lecture facile

Internet souverain : la Russie teste la solidité de ses télécoms

Posté le par Philippe RICHARD dans Informatique et Numérique

La Russie a mené des tests afin d’assurer le bon fonctionnement de l'Internet sur son territoire en toutes circonstances. L’objectif de cet Internet « souverain » est également de limiter la dépendance technologique vis-à-vis des États-Unis, ainsi que les risques d’espionnage et de cyberattaque.

L’Internet est devenu l’un des rouages essentiels à toute activité. Tous les pays en ont conscience. Cette hyperconnexion est désormais vitale mais également sensible. Une panne ou une cyberattaque de grande ampleur pourrait paralyser de nombreux services et entreprises.

En octobre 2018, un rançongiciel (ou ransomware) – un code malveillant chiffrant les données – avait touché l’Ukraine et la Russie. Le fonctionnement de l’aéroport d’Odessa, du métro de Kiev et de plusieurs médias russes avait été perturbé. Ce virus s’était ensuite propagé en Turquie, en Allemagne et aux États-Unis.

C’est la raison pour laquelle de nombreux États, dont la France, mettent sous «surveillance» permanente des organismes vitaux (ou OIV) pour l’activité économique et administrative.

Interception des SMS

La Russie va encore plus loin en menant cet hiver des expériences pour un «Internet souverain». Cette expression ne signifie pas nécessairement un test d’un système russe fermé. Il s’agissait plutôt de vérifier les vulnérabilités des systèmes de télécommunications numériques russes. Un exercice similaire avait été mené en 2014.

En plus de tester la résistance des télécoms en cas d’attaque informatique ou physique (la destruction de pylônes par exemple), les autorités ont également vérifié s’il était possible d’intercepter le trafic et les SMS des citoyens russes.

«Les résultats des tests ont montré que, dans l’ensemble, les autorités et les fournisseurs de services sont prêts à réagir efficacement aux risques et menaces émergents, ainsi qu’à assurer le fonctionnement fiable de l’Internet et du réseau unique de télécommunications», a déclaré le vice-ministre des Communications Alexei Sokolov.

Les autorités russes ont annoncé qu’un nouvel Internet russe devrait être disponible en 2021. Les fournisseurs d’accès à Internet devront s’assurer avant cette date que leurs réseaux disposent des moyens techniques de «contrôle centralisé du trafic» pour contrer les menaces.

Officiellement, ces «moyens» visent un objectif clair : garantir que les sites russes continueront à fonctionner s’ils ne peuvent pas se connecter à des serveurs internationaux ou en cas de menaces venant de l’étranger, comme les cyberattaques.

Mais les militants des droits de l’homme affirment qu’il s’agit d’une nouvelle tentative de censure, après les efforts déployés précédemment en Russie pour bloquer des services tels que Linkedin et le service de messagerie Telegram.

Des représentants du gouvernement russe ont cependant indiqué que ces tests représentaient un premier pas vers un Internet plus sûr, sous-entendu qu’il ne soit pas à la merci des technologies américaines…

Un gâchis à la française

Pour l’instant, il n’y a pas de décret gouvernemental appelant à la création d’un Internet russe, voire à l’équivalent de la Grande Muraille de feu de mise en place en Chine pour filtrer le contenu et limiter l’accès aux sites Web étrangers.

Mais une loi sur la sécurité de l’Internet en Russie a été modifiée en novembre dernier. Elle oblige les opérateurs de télécommunications à n’installer que les équipements approuvés par la version russe de la Commission fédérale américaine des communications, Roskomnadzor.

En France, l’Internet souverain reste entaché de plusieurs échecs, dont ceux de Cloudwatt (Orange associé à Thales) et Numergy (SFR avec Bull). Issus du projet Andromède, ces deux services d’hébergement des données sensibles en France avaient été lancés en 2012 par un cofinancement public/privé. Au travers du Fonds d’Initiative Stratégique, le gouvernement français leur avait confié 225 millions d’euros chacun.

Mais au bout de quelques mois, l’État s’était retiré de ces projets, en perdant quand même 75 millions… Un « gâchis à la française ».

Pour aller plus loin

Posté le par Philippe RICHARD


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !