Logo ETI Quitter la lecture facile

L’avenir du nucléaire au cœur des débats politiques

Posté le par La rédaction dans Environnement

[Publié le 19/12/2011]

Le parti socialiste et Europe Écologie Les Verts ont présenté, le 15 novembre, l’accord auquel ils sont parvenus en vue des prochaines échéances électorales. Un point central de cet accord concerne le nucléaire sans trancher la question du futur du chantier de l’EPR de Flamanville. À moins de 6 mois de la présidentielle (22 avril et 6 mai 2012), les débats politiques sur l’énergie se concentrent essentiellement sur la part du nucléaire dans le mix énergétique français.

Le PS et EELV parviennent à un accord équivoque

L’ « accord politique de mandature » PS-EELV valide le souhait de François Hollande de réduire la part du nucléaire dans le mix électrique français de 75 % à 50 % d’ici à 2025. À défaut d’inscrire une sortie définitive de l’atome dans l’accord, EELV se félicite de la fermeture « progressive » de 24 réacteurs et de l’arrêt « immédiat » de la centrale de Fessenheim, en cas de victoire en 2012.

En revanche, aucun accord n’a été trouvé au sujet du chantier de l’EPR à Flamanville. François Hollande s’était engagé à préserver la construction de la centrale de 3e génération tandis qu’Eva Joly avait préalablement estimé qu’aucun accord ne serait possible entre les deux partis sans son arrêt.

Un certain flou(1) persiste au sujet de la « reconversion à emploi constant » programmée pour la filière de retraitement et de fabrication du combustible MOX. Ce point suscite l’inquiétude d’Areva, producteur de près de 95 % du MOX dans le monde.

Le gouvernement compte sur « Énergies 2050 »

Le gouvernement effectue actuellement un exercice de prospective à l’horizon 2050, dit « Énergies 2050 ». Celui-ci vise à envisager l’ensemble des scénarios énergétiques, y compris ceux intégrant un passage à la 4e génération de réacteurs nucléaires ou au contraire une sortie du nucléaire.  Il est coordonné depuis le 20 octobre par une commission pluraliste présidée par Jacques Percebois, économiste reconnu dans le domaine de l’énergie. Un rapport sera remis à Eric Besson avant le 31 janvier 2012 et permettra de préparer la prochaine programmation pluriannuelle des investissements, qui sera soumise aux parlementaires en 2013.

Chaque scénario intègre trois paramètres centraux : les prix de l’énergie, la protection de l’environnement et la sécurité d’approvisionnement de la France. Ces trois paramètres soutiennent souvent l’argumentaire de l’UMP en faveur de l’énergie nucléaire.

D’autres partis misent sur un référendum

Au FN, Marine Le Pen se prononce pour une sortie du nucléaire tout en concédant que la France ne peut actuellement se passer de cette source de production. Elle envisage la possibilité d’un référendum sur ce sujet, tout comme Jean-Luc Mélenchon au Front de Gauche.

La proposition de Dominique de Villepin d’un « Grenelle de l’Énergie » témoigne qu’à droite comme à gauche, chacun cherche un mix énergétique idéal sans parvenir à l’identifier clairement. Quitte à faire primer le jeu politique sur un examen impartial des options qui s’offrent à la France à moyen et long terme.

(1) Ce point a été retiré de la version de l’accord présentée aux journalistes.

(Source : Fondation Alcen pour la Connaissance des Énergies)

 

À lire aussi :

Astrid : futur réacteur nucléaire de 4e génération

Accident nucléaire de Fukushima : Causes et conséquences

Sortie du nucléaire : l’Allemagne couvre tout juste ses besoins

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !