Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Le nucléaire au quotidien : quels dangers ?

Posté le par La rédaction dans Environnement

En comparant l'exposition aux radiations émises par l'activité nucléaire avec celles correspondant à la consommation de cigarettes, le LPSC de Grenoble permet de revenir de manière claire et précise sur les dangers d'expositions réels dus au nucléaire. Explications.

La décision allemande de renoncer au nucléaire d’ici 2021 réjouit, bien entendu, les Grünen et la majorité des Verts Français. Elle doit réjouir aussi, sans nul doute les producteurs de gaz. En effet, la question du remplacement des réacteurs nucléaires n’est guère abordée par nos amis allemands. Tout le monde convient qu’à l’heure actuelle la seule énergie compétitive avec l’énergie nucléaire est celle faisant appel aux combustibles fossiles, charbon et gaz. Les effets d’annonce concernant le recours à des énergies renouvelables ou à des économies d’énergie jouent, en fait, le rôle de cache-sexe. Si les allemands avaient cru sérieusement à la possibilité de se passer du nucléaire sans recourir aux énergies fossiles, il leur aurait été possible de s’engager à ne remplacer en aucun cas les centrales nucléaires par des centrales à combustible fossile. Alors, oui, on aurait pu se réjouir sans arrière pensée. La décision allemande, en réalité, consiste à faire le choix des combustibles fossiles de préférence au nucléaire. Ce choix est il de nature à réjouir ceux qui ont pour souci l’avenir de notre planète ?

Il faut donc comparer les inconvénients du nucléaire et ceux des combustibles fossiles producteurs de gaz à effet de serre.

Les dangers du nucléaire

Ceux du nucléaire sont bien connus : risques d’accident grave, irradiation diffuse, risques liés à la gestion des déchets, risques de prolifération. Si ces risques existent bien, ils sont, en général, largement grossis par les opposants systématiques au nucléaire et suscitent des réactions de peur tout à fait disproportionnées dans une large part de la population, ceux-là utilisant sans vergogne celles-ci. Il est, bien sûr, hors de question de les étudier en détail ici, mais quelques réflexions permettant de les remettre à leur vraie place me semblent utiles. Rappelons, tout d’abord, que nous baignons tous dans une radioactivité naturelle dont l’intensité varie de plus d’un facteur 5 d’un endroit de la planète à un autre. Aucun effet nocif de la radioactivité naturelle n’a jamais pu être démontré. C’est grâce à l’existence de cette radioactivité naturelle (qui a les mêmes caractéristiques que la radioactivité artificielle), que l’industrie nucléaire a été une des premières à pouvoir mettre en oeuvre le principe de précaution : en limitant le surcroît d’irradiation dû aux activités humaines à une fraction de la radioactivité naturelle, on peut être sûr que l’effet sur la santé du public sera négligeable.

Ceux qui affirment que toute dose de radiation, aussi faible soit-elle, est dangereuse pour la santé sont soit menteurs, soit ignorants, et, par là même, manipulés. Pour fixer les idées sur la dangerosité des radiations et sur la signification des normes d’exposition considérées comme acceptables, les tableaux suivants comparent les risques dûs à l’irradiation à ceux entraînés par la consommation de tabac. Rappelons que le tabac cause environ 60000 décès chaque année en France et que les Français fument environ 5 milliards de paquets de cigarettes annuellement. On peut donc estimer que la probabilité d’un décès prématuré, essentiellement par cancer, due à la consommation de tabac est de l’ordre de 10-5 par paquet de cigarette. En ce qui concerne les effets des radiations la Commission Internationale de Protection contre les Radiations retient un taux de 4 x 10-2 par Sievert pour la probabilité d’induction dun cancer mortel. La comparaison entre radiations et fumée de cigarette est pertinente puisque, dans les deux cas, l’effet principal sur la santé est un accroissement de l’incidence des cancers.

  • Comparaison de certaines expositions aux radiations aux effets de la fumée de cigarettes (tableau1) :
  Dose annuelle en millisievert  Équivalent en paquets de cigarettes par an
Total Irradiation naturelle 3 15
Radon 2 10
Rayons cosmiques 0.3 1.5
Rayons X médicaux 0.4 2
Habiter à 2000m 0.6 4
Irradiation du public due aux Centrales nucléaires   0.0005 0.0025
Irradiation moyenne en France due à Tchernobyl dans la première année suivant l’accident 0.05 0.25
  • Comparaison des doses admissibles d’irradiation aux effets de la fumée de cigarettes (tableau2) :
    Dose maximale en millisieverts/an Équivalent en paquets de cigarettes/an
Professionnels 20 100
Public 1 5
Limite d’évacuation autour de Tchernobyl 5 25

L’équivalence présentée dans les tableaux 1 et 2 permet de souligner, une fois encore, le fait que l’application sans précaution de la relation linéaire entre doses et effets à des évaluations de nombre de décès dûs aux radiations à faibles doses heurte le bon sens : on considérerait, en effet, qu’il serait équivalent qu’un seul individu fume dix mille paquets de cigarettes ou que dix mille individus fument chacun un paquet ! Muni de cette équivalence, il est possible de mieux apprécier la nature des problèmes posés par l’énergie nucléaire.

Les risques d’accident grave

Deux accidents graves servent, actuellement de référence : Three Miles Island (TMI) et, surtout, Tchernobyl. Dans le premier cas on n’a à déplorer aucun décès. Deux opérateurs ont été significativement irradiés. Aucune irradiation du public n’a eu lieu. Malgré cela, et pour diverses raisons qu’il serait trop long d’expliciter ici, TMI a marqué la fin de la mise en chantier de nouveaux réacteurs aux USA. L’accident de TMI a créé une véritable panique aux USA, entraînant, entre autres conséquences, la perte de confiance vis à vis des experts nucléaires. L’absence de victimes n’a eu, à cet égard, aucune conséquence. Dune certaine façon on peut dire qu’après TMI l’approche du nucléaire est devenue complètement irrationnelle, la peur du nucléaire (paradoxalement c’est uniquement le nucléaire civil qui semble faire peur) prenant la place de l’ancestrale peur du loup.

La catastrophe de Tchernobyl a eu, bien sûr, une toute autre ampleur que TMI. Le bilan sanitaire reconnu, 15 ans après la catastrophe, s’établissait à 35 morts parmi les « liquidateurs » au moment ou peu de temps après l’accident et à 1 500 cancers de la thyroïde, essentiellement parmi les enfants. Parmi ces cancers trois s’étaient avérés mortels. Les cancers de la thyroïde ont été facilement attribués à l’irradiation par l’iode 131 qui se fixe préférentiellement sur cet organe et a une durée de vie de huit jours, car les cancers de la thyroïde sont normalement très rares chez les enfants. Les autres types de cancers sont beaucoup plus difficiles à attribuer spécifiquement à Tchernobyl car ils ne peuvent apparaître que comme une faible augmentation comprise entre 0 et 3% du nombre total de cancers apparaissant « normalement ». Environ 5 millions de personnes en Ukraine et Biélorussie vivent dans un fond de radiation plusieurs fois plus élevé que ne l’était celui dû à la radioactivité naturelle avant la catastrophe. Cette radioactivité supplémentaire est due au Cesium 137 dont la durée de vie est de trente ans. Sur une telle population le nombre attendu de cancers mortels se déclarant chaque année est de l’ordre de 20000, alors que le surcroît dû à Tchernobyl serait, au maximum, en utilisant la relation linéaire entre dose et effet, de l’ordre de 500 par an. Pour l’instant aucune augmentation significative n’a été observée. Bien qu’étant lourd ce bilan est très inférieur aux 200 000 à 500 000 morts que certains prophètes de malheur s’étaient plu à prophétiser. Ces mêmes prophètes ou leurs émules ont, récemment, fait valoir que 15 000 morts auraient été décomptés parmi les « liquidateurs », recevant, en l’occurrence, une confirmation de la bouche du Ministre Russe des catastrophes. Il se trouve que les tables de mortalité utilisées par les actuaires prévoient que 15 000 décès devraient être observés en 15 ans dans une population de 250 000 personnes âgées de 20 à 30 ans, représentative de celle des liquidateurs. Le nombre total de liquidateurs ayant été de 600 000, on voit que l’annonce de 15 000 décès parmi eux depuis 15 ans n’a pas grande signification, en l’absence de données plus précises sur la population concernée et les causes des décès. En toute hypothèse les conséquences de Tchernobyl pour les Ukrainiens et les Biélorusses seront bien inférieures à celles dues à la tabagie et à l’alcoolisme. La catastrophe de Tchernobyl est considérée comme l’archétype de la plus grave catastrophe du nucléaire civil envisageable. Les experts de la sûreté nucléaire considèrent que la probabilité pour qu’une catastrophe de cette ampleur puisse se produire avec les réacteurs de type occidental est de l’ordre de un millionième par réacteur et par année de fonctionnement. Pour la France, cela signifierait qu’un tel événement pourrait se produire tous les 20 000 ans. D’autres types d’accidents susceptibles de provoquer davantage de victimes (rupture de barrage, explosion d’un méthanier, incendie ou explosion chimique, chute de météorite, tempête tropicale, chute d’avion gros porteur, etc…) ont une bien plus grande probabilité de se produire. De même qu’une catastrophe nucléaire, tous ces accidents auraient des conséquences locales et(ou) régionales, mais, en aucun cas (à l’exception de la chute d’un très gros météorite), globale. En aucun cas la biosphère ne serait menacée, ni même aucune espèce particulière.

Les déchets nucléaires

Il est coutumier de faire de la question des déchets nucléaires la raison majeure militant en faveur de l’abandon du nucléaire civil. On insiste sur la longue durée de vie de ces déchets en oubliant de dire que, contrairement aux déchets chimiques, la dangerosité des déchets nucléaires est inversement proportionnelle à leur durée de vie : plus un noyau a une grande durée de vie, moins nombreuses sont ses désintégrations par unité de temps. Un exemple très éclairant est donné par la comparaison entre deux types d’iode radioactive : l’iode 131 (responsable des cancers de la thyroïde de Tchernobyl) dont la durée de vie est de huit jours environ, et l’iode 129 dont la durée de vie est d’environ 15 millions d’années. Cette grande différence de durée de vie fait que l’iode 129 est près d’un milliard de fois moins dangereux que l’iode 131. L’iode 129 est le déchet nucléaire dont la durée de vie est la plus longue. Il est produit par la fission de l’Uranium 235 qui a, lui, une durée de vie de 700 millions d’années. Pour 1000 noyaux de ce dernier qui fissionnent, seulement 3 noyaux d’iode sont produits. La « dangerosité » de l’iode 129 est donc du même ordre que celle du noyau d’Uranium 235 dont il est issu. D’une façon générale la fission réduit le nombre de noyaux radioactifs de grande durée de vie. Il est vrai que, dans les premiers milliers d’année, la « dangerosité » des déchets nucléaires est plus grande que celle des noyaux qui ont fissionné.

Jusqu’à quel point la radioactivité générée par ces déchets présente-t-elle un risque pour la biosphère ? A court terme la radioactivité des déchets nucléaires est bien confinée et sous contrôle, au point que les conséquences pour la santé des déchets stockés est extrêmement faible sinon nulle. La sûreté des stockages profonds ne pourrait, à l’évidence, qu’être bien meilleure encore que celle des stockages en surface ou sub-surface. On s’accorde, généralement, pour considérer que la radioactivité resterait confinée pendant au moins mille ans dans ces stockages profonds. Ceux-ci étant situés à des profondeurs de 500 à mille mètres, on peut comparer la radioactivité susceptible d’être déconfinée au bout de mille ans à celle des premiers mille mètres de la croûte terrestre. On trouve, ainsi (en l’absence de retraitement et d’incinération des déchets qui pourraient réduire leur dangerosité par un facteur 100), dans le cas de la France , que la radioactivité correspondant à 100 ans de production par 100 réacteurs (actuellement il y en a 57 en service en France) serait inférieure à un pour cent de la radioactivité naturelle de la croûte.

On voit donc que le stockage profond ne présente aucun danger dans le court et moyen terme (sauf accident de transport éventuel) pour les riverains, et que sur le long terme il ne constitue pas de risque au niveau global de la biosphère. Des risques locaux pourraient exister en admettant une intrusion fortuite dans un site particulier, par un forage, par exemple. Il faut remarquer que la grande durée de vie des déchets subsistant à l’horizon du millénaire fait que, dans le cas d’un déconfinement, ils se disperseront dans la biosphère avant de se désintégrer, ce qui devrait limiter les risques locaux. En conclusion on retrouve, en moins grave toutefois, les caractéristiques des accidents nucléaires en ce qui concerne le caractère local et, à la limite régional, des risques encourus et l’absence de conséquences au niveau global. La différence réside dans l’échelle de temps, et, là encore, un grain de bon sens tendrait à faire croire que, toutes choses étant égales par ailleurs, un danger se concrétisant éventuellement dans mille ou dix mille ans est préférable à un danger qui menace dès aujourd’hui ou dans le prochain siècle.

La question du traitement des déchets nucléaires illustre les incohérences et(ou) la mauvaise foi de la majorité des opposants au nucléaire. Tout d’abord il faut rappeler que, quoi qu’il arrive, il faudra bien trouver une solution raisonnable à la gestion des 200000 tonnes de combustibles irradiés qui auront été produits d’ici 2010, et ceci même en cas de sortie généralisée du nucléaire. Quelle est donc la solution à ce problème proposée par les partisans de la sortie du nucléaire ? Il est reconnu que les seules solutions possibles sont la transmutation des déchets dans des réacteurs nucléaires, éventuellement d’un type nouveau et (ou) l’enfouissement en site profond. Le stockage en surface ou sub-surface ne peut qu’être une solution d’attente. La transmutation exige le retraitement et l’irradiation en réacteur. Les opposants au nucléaire refusent la mise en oeuvre de ces procédés en exigeant l’arrêt des usines de retraitement et celui des réacteurs. Exit donc, selon eux, la possibilité de la transmutation. Il est d’ailleurs piquant de constater que les mêmes réclament, à juste titre, le tri sélectif de tous les déchets autres que nucléaires. Où est la logique ici ? La seule solution reste donc l’enfouissement en profondeur. Mais, nos opposants refusent, également et bruyamment, la réalisation des laboratoires souterrains qui devraient permettre la définition des meilleurs sites. Que faire alors, si ce n’est attendre un miracle ? Ou bien serait-ce que le sort des déchets n’intéresse les opposants au nucléaire que dans la mesure où il permet d’affoler les populations ?

Les dangers de prolifération

Les matériaux de base utilisés pour la fabrication de l’explosif nucléaire sont l’Uranium 235 et le Plutonium 239. L’Uranium 235 est présent dans l’Uranium naturel dans la proportion de 0.7%, alors qu’une concentration en cet isotope de plus de 90% est nécessaire pour la fabrication d’une bombe. Il s’en suit qu’il est nécessaire de procéder à une opération d’enrichissement isotopique. Jusque dans les années 70 deux techniques lourdes, onéreuses et grandes consommatrices de courant étaient utilisées : la séparation électromagnétique et la séparation par diffusion gazeuse. Désormais deux nouvelles techniques plus légères et plus discrètes sont devenues accessibles : la séparation par centrifugation gazeuse et la séparation par laser. En utilisant ces différentes méthodes, tout pays disposant des compétences humaines et d’un minimum de moyens est en mesure de produire suffisamment d’Uranium 235 hautement enrichi pour fabriquer plusieurs bombes. C’est ce qu’a fait le Pakistan récemment et ce que l’Irak était en train de faire. L’Irak ne possédait pas de réacteur. Le Pakistan possédait un réacteur de puissance de type canadien, mais n’utilisa pas ce réacteur pour produire la matière fissile nécessaire à ses premières bombes.

L’autre matériau fissile , le Plutonium 239, est produit dans des réacteurs. Tous les réacteurs fonctionnant avec de l’Uranium, naturel ou faiblement enrichi, produisent donc du Plutonium qu’il est relativement aisé d’extraire par des méthodes chimiques. En réalité, aucune des puissances nucléaires militaires n’est parvenue à ce stade en utilisant des réacteurs construits pour la production d’électricité. La démarche nucléaire civil vers nucléaire militaire ne s’est, donc, pas, à ma connaissance, produite. Au contraire, la démarche inverse du militaire vers le civil a été fréquente et explique certaines caractéristiques de l’industrie nucléaire civile qui ne se seraient peut être pas imposées sans cela : par exemple l’utilisation de l’Uranium enrichi dans les réacteurs à eau. Il est vrai, aussi, que des puissances nucléaires militaires ou ayant la volonté de le devenir ont géré des réacteurs de puissance pour en extraire du Plutonium de bonne qualité militaire. Ce fut le cas de la France avec les réacteurs graphite-gaz, et de l’Union Soviétique avec les réacteurs RMBK (type de Tchernobyl). En réalité il apparaît que les états désirant s’équiper de réacteurs de puissance commerciaux sont amenés à signer le traité de non-prolifération, et par là renoncent à la réalisation d’un armement nucléaire.

On voit donc qu’en ce qui concerne les États, les craintes de voir des centrales nucléaires civiles détournées à des fins militaires se sont avérées vaines, jusqu’à présent. Les États ayant décidé d’acquérir un armement nucléaire ont pu le faire s’ils possédaient les compétences humaines (physiciens, ingénieurs) et les moyens matériels pour le faire. En ce qui concerne des groupes terroristes qui voudraient pratiquer le chantage nucléaire, il est à craindre que l’effondrement de l’Union Soviétique leur ait déjà, malheureusement, donné les moyens de s’équiper.

En réalité, si l’on veut sérieusement éviter une conflagration nucléaire dont les conséquences éventuelles seraient sans commune mesure avec Tchernobyl, il faut s’attaquer fermement et fortement à l’armement nucléaire et l’on aimerait voir les anti-nucléaires montrer ne serait-ce qu’autant d’ardeur dans un combat contre les armements nucléaires des grandes puissances que contre l’industrie nucléaire civile ! Il est vrai que s’attaquer au lobby militaro-industriel est autrement difficile que de s’attaquer à un lobby nucléaire civil dont on aimerait savoir de qui et de quoi il se compose. D’ailleurs, comme nous allons le voir maintenant les « Verts » sont étrangement discrets à l’égard des vrais lobbys puissants comme celui des pétroliers.

Par P.T

Sources : CNRS, LSPC

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !