Logo ETI Quitter la lecture facile

Le Danemark en nette avance sur l’éolien

Posté le par Matthieu Combe dans Énergie

Selon Energinet, le réseau de transport d’énergie danois, l’éolien a couvert 47 % de la consommation électrique du pays en 2019, contre 41 % l’année précédente. Voici un record mondial inspirant.

Le Danemark mise sur les énergies renouvelables depuis de nombreuses années et commence à en cueillir les lauriers. Son objectif : atteindre 100% d’énergies renouvelables pour sa production électrique et réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 70% en 2030 par rapport à 1990. Ainsi, la part des renouvelables (éolien et solaire) est passée de 19 % en 2009 à 50 % en 2019.

En 2017, l’éolien représentait 43% de la consommation électrique danoise. Après un recul de 2 points en 2018 avec des vents historiquement faibles, la production éolienne a atteint un nouveau record en 2019. L’année dernière, les éoliennes du pays ont couvert 47 % de sa consommation d’électricité, contre une moyenne de 14 % en Europe. Ces bons chiffres sont en partie à mettre en perspective avec la mise en service du parc éolien offshore Horns Rev 3 en mer du Nord en août 2019 par l’énergéticien suédois Vattenfall. Avec ses 49 éoliennes MHI-Vestas de 8,3 MW, il présente une puissance totale de 407MW, en faisant le plus grand parc de Scandinavie.

Le Danemark, nettement en avance sur la France

Pourrait-on imaginer un développement aussi important de l’éolien en France ? Dans l’Hexagone, le taux de couverture de la consommation électrique par l’énergie éolienne s’établit à 6,2 % sur le troisième trimestre 2019, proche de son taux moyen entre septembre 2018 et 2019 (6,7 %). Sur la même période, l’électricité renouvelable a couvert 21 % de la consommation électrique française.

En 2015, l’ADEME a publié une étude portant sur un mix électrique français composé à 100 % d’énergies renouvelable à l’horizon 2050. Dans son scénario de référence, l’agence imaginait un mix de production électrique composé à 63 % de l’éolien terrestre et en mer, 17 % de solaire, 13 % de l’hydraulique et 7 % de géothermie et biomasse. Le coût de ce mix était quasiment identique à un mix énergétique composé à 40 % de renouvelables (117 euros/MWh). Il serait donc théoriquement et économiquement possible de développer fortement l’éolien en France.

Toutefois, un tel scénario n’est pas du tout à l’ordre du jour en France. Simplement la France compte atteindre une part d’énergies renouvelables de 40 % dans sa production d’électricité en 2030. Le parc éolien a atteint 15,9 gigawatts (GW) fin septembre 2019. La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit une puissance combinant éolien terrestre et en mer de près de 40 GW fin 2028. L’éolien couvrirait alors toujours moins de 20 % de la consommation électrique française. En attendant de nouveaux objectifs ambitieux, la consultation publique sur la nouvelle PPE 2019-2028 et la seconde Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) se tiendra du 20 janvier au 19 février 2020.

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !