Logo ETI Quitter la lecture facile

Le Venezuela au bord du gouffre électrique

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

Le Venezuela affronte depuis ces dernières semaines une véritable crise électrique. Coupures de courant, rationnements de la consommation et diminution de l’activité économique, telles sont les mesures prises par le gouvernement. Insuffisantes pour répondre à une problématique devenue structurelle.

Selon certains ingénieurs vénézuéliens, le pays serait à moins d’un mois d’un black-out généralisé. Le barrage hydroélectrique d’El Guri, du nom du lac éponyme, est la principale source de génération électrique du pays. D’une capacité de 10 235 MW (soit près de 6 EPR), il est la pierre angulaire du système électrique vénézuélien. Or, son niveau est affecté depuis des années par le renforcement du phénomène climatique El Niño, qui se traduit notamment par une baisse des précipitations. Or, l’énergie hydraulique apporte 62% des électrons sur le réseau.

A 3,56 mètres du gouffre

Niveau H2OSelon les dernières données recueillies, le niveau d’eau du barrage d’El Guri serait de 243,56 mètres, soit à peine 3,56 mètres au-dessus du niveau critique. En effet, à partir de 240 mètres, le niveau n’est plus suffisant et les turbines doivent être arrêtées. C’est pourquoi le gouvernement a demandé à la population de réduire drastiquement sa consommation, en vain. Des mesures plus coercitives ont ainsi été prises ces derniers jours comme la fermeture de toutes les administrations publiques le vendredi et le changement d’horaires des centres commerciaux qui, pourtant, disposent généralement de leurs propres groupes électrogènes.

Ce n’est pas la première fois que le pays fait face à des difficultés d’approvisionnement électrique. Les années précédentes avaient également montré la faiblesse du réseau. Un niveau aussi bas n’avait pourtant pas été atteint depuis 2003. A cette époque, le pays traversait également une forte sécheresse, mais aucune mesure de rationnement n’avait été imposée. Il faut dire que depuis, la situation électrique du pays s’est considérablement dégradée.

Parc thermique inutilisable

Contrairement à ce que le président Maduro affirme, le phénomène El Niño n’est pas le seul responsable de la situation. Certes, il y participe, mais les pays de la région le subissent également, sans pour autant tomber dans une telle configuration critique.

« C’est un problème structurel de disponibilité du parc thermoélectrique. Les pluies n’y changeront rien ! », s’indigne le président de la Commission électricité du Collège des ingénieurs du Venezuela (CIV), Winston Cabas. Sur les quelques 19 000 MW installés, seuls 6 000 MW seraient opérationnels, soit à peine le tiers. Cette indisponibilité est due au manque endémique de maintenance des équipements. « Il y a plus de 6 mois que ces opérations de maintenance auraient dû être réalisées », explique Winston Cabas.

Le pouvoir chaviste pâtit depuis des mois de la chute des cours du baril, qui ne lui permet plus de financer les nombreux programmes mis en place par la révolution bolivarienne, à une époque où le brut tournait autour des 100$. Une époque révolue, au moins à court terme.

Par Romain Chicheportiche

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !