Logo ETI Quitter la lecture facile

Interview

L’industrie automobile peine à augmenter la quantité de plastique recyclé

Posté le par Matthieu Combe dans Matériaux, Biotech & chimie

La part de plastique recyclé dans les voitures reste globalement faible. Quels sont les freins au développement du recyclage et à l’incorporation de plastiques recyclés ? Entretien.

Selon PlasticsEurope, l’industrie automobile européenne représente 9,9 % de la demande plastique de l’Europe. Soit 5 millions de tonnes en 2018. Selon la même source, l’industrie automobile européenne recycle 19  % de ses déchets plastiques, en valorise énergétiquement 41 % et en met en décharge 40 %. En France, les chiffres s’élèvent à 26,7 % pour le recyclage, 30,2 % pour la valorisation énergétique et 43 % pour la mise en décharge. Au niveau européen, le contenu en matières plastiques recyclées dans l’industrie automobile ne s’élève qu’à 2 %.

Où utilise-t-on les plastiques dans une voiture ? Pourquoi le secteur peine-t-il à intégrer plus de plastiques recyclés ? Amaury Cornilleau, chargé de missions techniques et commerciales au Groupement Plasturgie Automobile (GPA), répond à ces questions. GPA regroupe les équipementiers plasturgistes et composites du marché automobile français. Ce syndicat patronal national est membre de la fédération de la plasturgie. Ses 22 adhérents,représentent environ 60% des salariés des plasturgistes français de l’automobile.

Techniques de l’Ingénieur : Quels types de plastiques retrouve-t-on dans un véhicule ?

Amaury Cornilleau : Les polymères représentent environ 20 % en poids, et de l’ordre de 30 % du coût matière du véhicule. Les matières plastiques sont utilisées pour diverses applications, des plus simples aux plus techniques. La résine la plus employée est le polypropylène, simple ou additiveé de fibres de verre. Elle représente entre 30 et 40 % en moyenne du plastique utilisé dans un véhicule. Le polypropylène se retrouve dans l’intérieur des véhicules, mais aussi dans les pièces de carrosserie. Le deuxième type de polymères le plus utilisé est le polyuréthane pour les mousses, notamment pour le garnissage des sièges et des planches de bord, de l’ordre de 20 à 25 %.

Puis, on utilise plusieurs plastiques pour leur technicité. On arrive sur les polyamides, de 10 à 15 % dans le véhicule, très prisés pour les équipements sous le capot moteur et les pièces sollicitées en effort, comme les pédaliers ou les poignées de porte. Le PEHD représente entre 4 et 8% des polymères présents dans les véhicules et est utilisé pour les réservoirs carburant, réservoirs lave-glace notamment. Enfin, plusieurs plastiques sont utilisés entre 3 et 6 % : le PET, l’ABS, le PE, les polycarbonates, le PVC, le PMMA, selon les applications, les choix de styles et les techniques.

Quelle est la part de plastique recyclé dans le plastique utilisé ?

Depuis plus de dix ans la part de plastique recyclé augmente dans les véhicules pour passer d’une dizaine de pourcent à près de 20 % sur certains véhicules récents. Les matières recyclées sont utilisées majoritairement dans des applications non techniques sur des pièces cachées. Il s’agit majoritairement de polypropylène recyclé et de polyesters sous forme de fibres. L’emploi de telle ou telle matière plastique se fait en réponse à un cahier des charges technique. Si un plastique recyclé y répond pour un prix compétitif, nous l’intégrons.

Quels sont les freins au développement du plastique recyclé ?

Le GPA copilote, avec le CCFA (comité des constructeurs français d’automobile), un groupe de travail dans le cadre des travaux ouverts par la direction générale des entreprises suite à la feuille de route sur l’économie circulaire. Nous travaillons dans ce groupe de travail sectoriel à l’identification de ces freins et sur ce qu’il faut mettre en place pour les débloquer. Les plastiques recyclés doivent ainsi répondre aux caractéristiques techniques, dans un niveau de qualité reproductible et un volume suffisant, à un prix compétitif. Pour cela, les recycleurs doivent pouvoir nous proposer des matières premières issues du recyclage nous permettant d’intégrer de nouvelles applications.

Il reste ensuite le verrou lié à la constance de la qualité. La problématique principale est de garantir les volumes et un niveau de qualité constant. Avec le polypropylène, les gisements sont connus, majoritairement post-industriels ou post-consommateurs bien identifiés. Pour arriver à 100% de plastique recyclé, il va falloir aller vers plus de gisements post-consommation. Ces gisements mettent en péril les notions de qualité et les notions réglementaires. L’un des freins à l’intégration des matières recyclées sont les aspects réglementaires sur les substances, comme le Règlement Reach et les autres réglementations substances (POP, RoHS, …). Moins nous serons sûrs de la provenance des déchets, plus il sera difficile d’apporter la preuve de la conformité avec ces réglementations. Sur certains gisements, il est très difficile de pouvoir identifier ou tracer des substances pour respecter la réglementation ou de recycler les matières plastiques en retirant ces substances. En absence de fiabilité certaine, nous ne prenons pas de risques. Côté automobile, nous croyons beaucoup à la promesse du recyclage chimique, mais les applications restent à leurs balbutiements. Nous sommes bloqués sur les pièces techniques, car il n’y a pas de solutions techniques pour retirer les substances interdites par la réglementation.

En fin de vie d’un véhicule, quels types de plastiques sont recyclés ?

Dans un centre de véhicules hors d’usage, sont démontées les pièces les plus économiquement rentables et les plus volumineuses – les pare-chocs, les pièces de carrosserie et certaines mousses – avant le broyage du véhicule. Cela va dépendre de chaque unité en fonction de leur taille notamment. Il s’agit majoritairement de polypropylène. Puis, le véhicule est broyé et les centres essayent d’extraire des fragments de matières plastiques. Cela donne des résidus de broyage automobile polymères qui peuvent être transformés en combustibles solides de récupération dans les centres équipés. Mais ces centres restent une minorité. Le CSR est l’eldorado pour les débouchés des résidus de broyage automobile, mais cela reste insuffisamment développé. Les 43% de mise en décharge sont les résidus de broyage dont on ne sait pas quoi faire aujourd’hui…

Propos recueillis par Matthieu Combe

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !