Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Les initiatives industrielles en matière de recyclage chimique des plastiques se multiplient

Posté le par Arnaud Moign dans Matériaux, Biotech & chimie

Maillon indispensable de l’économie circulaire, l’industrie européenne du recyclage est en pleine mutation. Alors que la filière naissante du recyclage chimique suscite un intérêt de plus en plus grand, POLYVIA, l’union des transformateurs de polymères, a répertorié pas moins de 84 initiatives industrielles dans ce domaine en 2020 à travers le globe.

Pour de multiples raisons, la filière européenne du recyclage mécanique est en difficulté depuis plusieurs années et de nouvelles perturbations sont à craindre, selon la Cour des comptes Européenne :

  • La mise en place de restrictions strictes quant à l’exportation de déchets plastiques (modifications de la Convention de Bâle) va perturber la filière, car un tiers du taux de recyclage des emballages plastiques européens est le fait d’exportations hors UE !
  • Les dernières modifications de la Directive sur les emballages et les déchets d’emballages pourraient compromettre les objectifs européens de recyclage. Le taux de recyclage moyen des Etats européens pourrait ainsi passer de 42 à 30 %.
  • De plus, la contribution nationale sur les déchets d’emballages plastiques non recyclés (taxe plastique) s’applique désormais dans l’Union européenne depuis le 1er janvier 2021.

Le recyclage chimique, une solution à de nombreux problèmes ?

Le recyclage chimique consiste à modifier la structure chimique des déchets plastiques pour les convertir en molécules plus courtes. Ceci permet en théorie de disposer de molécules utilisables en tant que matière première pour de nouvelles réactions chimiques.

L’intérêt est grand, par exemple pour traiter des déchets multicouches particulièrement difficiles à séparer par simple recyclage mécanique. Par ailleurs, le retour au contact alimentaire devient envisageable, les nouveaux matériaux obtenus par cette voie ayant des propriétés identiques à celles des matières vierges.

Si les technologies de recyclage chimique sont prometteuses, elles sont encore rarement disponibles à échelle industrielle. Néanmoins, les choses évoluent très vite : selon l’union des transformateurs de polymères (POLYVIA), on peut s’attendre à une production à échelle commerciale d’ici 1 à 2 ans.

Près de 50 initiatives en 2020, rien qu’en Europe

Bibiane Barbaza, chargée de mission économique à Polyvia, a fait l’inventaire des innovations et projets apparus en 2020, dans un rapport publié en janvier 2021 et intitulé Recyclage Chimique : Où En Sommes-nous ?

Parmi les 84 initiatives diverses (brevets, projets collaboratifs, installations industrielles, etc.) qu’elle a répertoriées dans le monde, près de 50 sont du fait d’entreprises implantées en Europe. Voici quelques exemples européens.

Recyclage du polystyrène

Le recyclage chimique du polystyrène suscite un fort intérêt. En France, le consortium PS25 réunissant CITEO, VALORPLAST, SYNDIFRAIS et plusieurs entreprises utilisant les emballages en polystyrène a pour but de faire émerger une filière française du recyclage du polystyrène pour le contact alimentaire.

Par ailleurs, le recyclage chimique du polystyrène intéresse également de nombreuses entreprises :

  • TOTAL, qui compte le tester sur son site de Carling.
  • INEOS STYROSOLUTION et TRINSEO vont installer une unité de recyclage du polystyrène à partir de 2023.
  • YOPLAIT a déjà expérimenté la fabrication de pots de yaourt en polystyrène recyclé chimiquement.
  • MICHELIN investit dans la technologie de la startup canadienne PYROWAVE, dans le but d’intégrer du styrène recyclé dans du caoutchouc synthétique, afin de produire des pneus.

Plastic Energy, une startup très active

Le spécialiste britannique du recyclage chimique est en mesure de commercialiser des produits chimiques liquides par anaérobie thermale, grâce à ses deux sites de production en Espagne. En 2020, cette startup très impliquée dans le recyclage chimique a aussi multiplié les partenariats : construction de sites de recyclage chimique par pyrolyse avec INEOS et TOTAL, site de recyclage chimique d’emballages de barres chocolatées avec NESTLÉ, partenariat avec l’américain Sealed Air, etc.

Ces quelques exemples démontrent une volonté européenne de faire émerger rapidement ces technologies à échelle industrielle. Ils ne sont cependant qu’un échantillon : pour une vision globale des avancées en matière de recyclage chimique, nous vous invitons à lire le rapport complet, disponible sur le site de POLYVIA.

Pour aller plus loin

Posté le par Arnaud Moign


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !