Logo ETI Quitter la lecture facile

Les fondamentaux

Nanotechnologies pour la thérapeutique et le diagnostic

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

L'adressage de molécules thérapeutiques vers l'organe, le tissu, ou la cellule malade constitue aujourd'hui un défi majeur pour le traitement des maladies humaines, notamment infectieuses, cancéreuses, ou d'origine génétique. Dès le début du vingtième siècle, le savant Paul Ehrlich rêvait déjà du « magic bullet » susceptible d'acheminer un médicament de manière spécifique vers son site d'action. Le rêve de Paul Ehrlich est aujourd'hui proche de la réalité grâce au développement des nanotechnologies qui ont permis de proposer le concept de vectorisation des médicaments, dits nanomédicaments.

Les recherches menées à l’interface de la physique, de la chimie et de la biologie ont abouti à la conception des systèmes de vectorisation submicroniques capables de transporter in vivo des molécules biologiquement actives, ou des agents de contrastes au plus près de leur cible (tissulaire, cellulaire ou, même, moléculaire). Bien que futuristes, les avancées réalisées avec ces systèmes dans le domaine de la thérapie ont dépassé le stade de la simple curiosité de laboratoire puisqu’elles ont déjà donné lieu à la mise sur le marché de nouveaux médicaments pour le traitement de cancers et de certaines maladies infectieuses.
Le succès apporté par les méthodes d’administration des principes actifs à l’aide des nanotechnologies peut être expliqué par une rupture par rapport aux méthodes classiques d’administration des molécules actives. En effet, ces technologies apportent les outils parfaitement adaptés pour effectuer les sauts technologiques qu’il était nécessaire de réaliser pour administrer des molécules d’intérêt thérapeutique de nouvelles générations présentant des difficultés majeures pour leur administration in vivo.
Dans le domaine de l’imagerie médicale par IRM, scintigraphie et échographie, les nouveaux agents de contrastes issus de ces technologies offrent des perspectives immenses pour l’amélioration de ces techniques utilisées dans le diagnostic. Des produits de contraste destinés à l’IRM sont déjà sur le marché depuis plus d’une dizaine d’années. La découverte récente des quantums dots ouvre la voie pour développer de nouvelles techniques d’imagerie basées sur la photonique.
Nous pouvons remarquer que les développements de ces technologies pour des applications dans le domaine de la santé sont excessivement rapides. Ils sont accompagnés d’une évolution accélérée du passage du concept à la réalité de l’application. Une part de ces développements rapides peut être attribuée à la flexibilité qu’offrent ces technologies. En effet, il est possible de modifier et d’adapter les systèmes pour ajuster leurs propriétés aux plus près de celles répondant aux exigences des pathologies auxquels ils sont destinés. Dans ce contexte, il peut être souligné que les polymères prennent une place de plus en plus importante car il est théoriquement possible de les doter de fonctionnalités remarquables grâce à la parfaite maîtrise de leur synthèse.
De nouvelles innovations sont déjà bien avancées. Parmi les plus ambitieuses, citons le développement des nanotechnologies plurifonctionnelles permettant de combiner dans un objet unique un agent de diagnostic et un agent thérapeutique capables d’être libérés sur commande au niveau de la cible biologique.

Exclusif ! L’article complet dans les ressources documentaires en accès libre jusqu’au 30 mai !

Nanotechnologies pour la thérapeutique et le diagnostic , un article de Christine VAUTHIER et Patrick COUVREUR

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !