Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Réchauffement climatique : Total savait depuis 1971 mais a fabriqué le doute

Posté le par Matthieu Combe dans Entreprises et marchés

Dans un article publié aujourd'hui dans la revue Global Environmental Change, trois historiens montrent que les dirigeants et salariés de Total et Elf connaissaient la possibilité d'un dérèglement climatique sans précédent dû à la production de combustibles fossiles dès 1971.

Voici une nouvelle révélation embarrassante pour TotalEnergies. Dans un article paru dans la revue Global Environmental Change, trois historiens analysent les réponses de Total et Elf au réchauffement climatique entre 1971 et 2021. L’étude dévoile que « le personnel de Total avait reçu des avertissements sur le potentiel de réchauffement climatique catastrophique de ses produits dès 1971 ». Total s’est ensuite engagé dans un déni manifeste de la science du climat jusqu’en 1996. Au long de ces années, l’entreprise a sciemment déployé différentes stratégies de fabrique du doute autour de l’urgence climatique, estiment les chercheurs. L’étude se base sur les archives du groupe et des interviews d’anciens salariés.

Les chercheurs relèvent aussi qu’à partir des années 1980, le géant américain Exxon, par l’intermédiaire de l’Association environnementale de l’industrie pétrolière (IPIECA), coordonne une campagne internationale pour « contester la science climatique et affaiblir les contrôles sur les énergies fossiles ».

Reconnaissance publique et minimisation de l’urgence climatique

Total a finalement décidé d’accepter publiquement la science du climat tout en retardant les politiques de contrôle des combustibles fossiles suite au premier rapport du Giec, à l’adoption de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et à l’adoption du protocole de Kyoto en 1997. « On s’aperçoit que nos champions pétroliers français ont participé à ce phénomène au moins entre 1987 et 1994 », explique à l’AFP Christophe Bonneuil, directeur de recherche au CNRS et auteur principal de l’étude.

En 1999, Total acquiert Elf. En 2006, le groupe Total accueille une conférence sur le changement climatique. Thierry Desmaret, le PDG de l’époque, reconnaît alors la réalité du changement climatique et les conclusions du Giec. Mais le groupe « commence à promouvoir une division des rôles entre la science et les affaires, où la science décrit le changement climatique et les entreprises prétendent le résoudre », prévient l’étude. Le groupe Total prétend désormais agir contre le changement climatique grâce à sa politique de « transition énergétique ».

Dans une réponse transmise à l’AFP avant la publication de l’article scientifique, le groupe déclare : « La connaissance qu’avait TotalEnergies du risque climatique n’était en rien différente de la connaissance émanant de publications scientifiques de l’époque (les années 70 : NDLR) ».

Face à ces révélations, les associations Notre Affaire à Tous et 350.org lancent une campagne de mobilisation. Elles « exigent des décideurs publics de tenir la multinationale responsable et des institutions financières de cesser de la financer ».

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !