Logo ETI Quitter la lecture facile
original-1024

L’Actu de l’innovation

Les trains hollandais carburent à l’éolien !

Posté le par Pierre Thouverez dans Énergie

Depuis janvier 2017, les trains hollandais sont propulsés à l'éolien. Une première mondiale, grâce à l'installation de nouvelles fermes éoliennes.

En 2014, le producteur d’électricité néerlandais Eneco remportait l’appel d’offres lancé par la société nationale des chemins de fer des Pays-Bas (NS) et les transporteurs ferroviaires regroupés au sein de la coopérative VIVENS. D’ici 2018, 100% des trains électriques des Pays-Bas devaient être alimentés par de l’électricité d’origine éolienne, avec des points d’étapes à 70 % en 2016 et 95 % en 2017. Le 10 janvier dernier, la NS a annoncé avoir atteint l’objectif  avec un an d’avance.

Pour transporter chaque jour plus de 600.000 passagers, le contrat comprend la fourniture de 1,4 terawattheures (Twh) par an, dont 1,2 pour le leader NS et 0,2 pour les autres transporteurs ferroviaires. Cela correspond à 1% de la consommation électrique nationale ou encore à la consommation annuelle des habitants d’Amsterdam.

De nouvelles fermes éoliennes

Pour rendre cela possible, Eneco a investi dans de nouveaux parcs éoliens aux Pays-Bas, mais se fournit aussi auprès de producteurs voisins. La moitié de l’électricité nécessaire est ainsi produite par de nouveaux parcs aux Pays-Bas. L’autre moitié est importée de Belgique, de Norvège et de Suède.

Eneco trace l’électricité à la source grâce à l’achat de garanties d’origine. Il garantit ainsi aux entreprises ferroviaires que le volume d’électricité utilisé par leurs trains chaque année est bien couvert par la production annuelle des parcs éoliens partenaires. Selon Eneco, une éolienne fonctionnant pendant une heure permet de faire avancer un train sur 200 kilomètres.

Les transporteurs ferroviaires viennent également de conclure un contrat avec le fournisseur de gaz Essent. Ce nouveau contrat devrait permettre de chauffer les locaux de la NS, mais aussi une grande partie des 400 gares du pays, avec du biométhane issu de la fermentation de déchets. Cela pourrait-il donner des idées à la SNCF et aux autres sociétés de réseaux de transport en commun?

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !