Logo ETI Quitter la lecture facile

Une nouvelle filière de pyrolyse des plastiques à l’étude

Posté le par Matthieu Combe dans Matériaux, Biotech & chimie

Un consortium associant Citeo, Total, Mars, Nestlé et la start-up Recycling Technologies lance une étude pour évaluer l’intérêt d’une nouvelle filière française de recyclage chimique des plastiques souples et complexes. Présentation.

En mai 2019, l’entreprise spécialisée dans le recyclage des emballages ménagers et des papiers graphiques Citeo a sélectionné 30 projets dans le cadre de ses deux appels à projets éco-conception, recyclage et valorisation pour un budget total de 7,5 millions d’euros. Dans ce cadre, Citeo a retenu un projet pour développer la pyrolyse des plastiques. «L’ambition de ce projet est de travailler sur les emballages souples et multicouches qui n’ont pas de solution de recyclage actuellement», explique Sophie Genier, directrice des services recyclage chez Citeo.

Ce projet a l’intérêt d’associer un consortium composé de Total, fabricant de plastiques, de Mars et Nestlé, deux sociétés leaders sur le marché de l’agroalimentaire à la recherche de solutions pour leurs emballages, et de Recycling Technologies, une start-up proposant un procédé innovant. «La technologie de recyclage utilise la pyrolyse à haute température pour transformer des déchets plastiques en une huile qui est ensuite utilisée comme matière première dans la fabrication de nouveaux plastiques», résume Sophie Genier. La start-up dispose d’un premier pilote en Angleterre, capable de valoriser 9 000 tonnes de matières plastiques par an.

La pyrolyse pour une huile qui sert à fabriquer de nouveaux plastiques

«Le projet testera au premier trimestre 2020 différentes typologies d’intrants issus de flux français dans le pilote anglais : des mélanges de films, des mélanges polyéthylène-aluminium issus des briques alimentaires ou encore des emballages souples triés de polyéthylène ou de polypropylène, décrit Sophie Genier. Nous pourrons alors étudier la qualité de l’huile obtenue et évaluer l’intérêt de ce type de technologie pour les différents types d’emballages souples et complexes testés.»

Le consortium définira ensuite une typologie d’intrants idéale pour que l’huile puisse être réintégrée dans la chaîne de production. «Nous pourrons voir s’il y a des éléments comme des additifs dans les emballages qui perturbent le procédé et proposer des axes pour une meilleure éco-conception», propose l’ingénieure.

Une fois les tests préindustriels menés, le projet étudiera enfin l’intérêt économique d’une usine utilisant cette technologie. «Ce projet s’étalera sur environ 18 mois avant que le consortium rende sa décision finale sur l’intérêt de développer une telle filière de recyclage chimique en France», prévient Sophie Genier.

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !