Présentation

Article

1 - STRUCTURE DES ORGANISATIONS : LES DEUX NIVEAUX D’ANALYSE

2 - DYNAMIQUE DES ORGANISATIONS : L’APPROCHE THERMODYNAMIQUE

3 - ÉTUDE D’UN CAS

4 - CONCLUSION GÉNÉRALE

Article de référence | Réf : AG1571 v1

Étude d’un cas
Management des organisations par le modèle sénaire

Auteur(s) : Alain SIMON

Date de publication : 10 juil. 2006

Pour explorer cet article
Télécharger l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !

Sommaire

Présentation

Version en anglais En anglais

RÉSUMÉ

Une organisation est couramment évaluée sur deux seuls critères, l’efficacité et l’efficience. Cet article présente un principe de modélisation ne reposant plus sur l’étude des flux monétaires, donc sur la rentabilité mais sur les actions conduites et les transactions établies à l’intérieur par les acteurs de cette organisation. Sont introduites les notions d’analyse synchronique et diachronique permettant de caractériser la structure étudiée. Au final, la performance globale est appréhendée par la mesure d’un paramètre assimilable à une énergie de liaison entre chaque niveau hiérarchique.

Lire cet article issu d'une ressource documentaire complète, actualisée et validée par des comités scientifiques.

Lire l’article

ABSTRACT

 

Auteur(s)

  • Alain SIMON : Ingénieur - Institut National Polytechnique de Grenoble - Docteur en Sciences Économiques - Université de Caen MBA - Institut Supérieur des Affaires de Jouy en Josas - Président de l’ADAS (Association pour le Développement de l’Analyse Systémique) - Consultant en analyse/gestion des organisations

INTRODUCTION

Une organisation peut être évaluée selon deux critères indépendants :

  • son efficacité, liée à la mesure d’un écart entre le but qu’elle se fixe et le résultat des actions qu’elle décide ;

  • son efficience, liée à l’économie des moyens qu’elle met en place pour atteindre son but.

La mise en place d’un plan qualité, la recherche du zéro défaut sont des démarches visant à l’amélioration de l’efficacité.

La mise en place d’un contrôle budgétaire est destinée à contrôler, voir améliorer l’efficience.

L’objet de ce dossier est de proposer un principe de modélisation des organisations qui serve de support à l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience d’une organisation quelconque et plus globalement au management de cette dernière.

La particularité du modèle sénaire nous permettra de définir une mesure de l’efficience ne reposant plus sur l’étude des flux monétaires, mais sur les fréquences de travail des différents niveaux hiérarchiques d’une organisation structurée. C’est ainsi que nous pourrons nous intéresser à l’étude d’organisations à but non lucratif, telles que des administrations, et aux dysfonctionnements que l’on regroupe sous le terme de « bureaucratie ».

Pour ce faire, notre démarche sera la suivante :

1.Partant du principe qu’une action quelconque est toujours entreprise, soit en vue d’un résultat, soit en réponse à un stimulus extérieur, nous nous intéresserons à la modélisation des actions avec effet rétroactif (feed-back).

Nous modéliserons la situation élémentaire de deux acteurs face à face de façon à ce que notre modèle puisse prendre en compte toutes les formes de transactions susceptibles de s’établir entre eux.

Cette situation, lorsque les règles du jeu n’évoluent pas, constitue ce que l’on peut définir comme « le présent » des acteurs.

Nous appellerons les analyses que l’on peut faire à l’aide de ce modèle simple : « analyses synchroniques ».

Ensuite nous prendrons en compte l’environnement des acteurs en présence.

De proche en proche, nous construirons un modèle à plusieurs « niveaux synchroniques », en partant de l’hypothèse que notre modèle élémentaire peut représenter tout niveau d’une organisation quelconque (on pourrait parler de modèle « fractal »).

Nous parlerons, alors d’« analyse diachronique ».

L’ensemble de ces deux analyses nous permet de caractériser la structure d’une organisation.

Nota :

les termes « synchronique » et « diachronique » renvoient à la linguistique et ce n’est pas un hasard. On peut en effet voir notre travail comme un effort pour développer un langage structuré adapté à la description des actions.

2. Après avoir vérifié la possibilité de n’utiliser qu’un seul type de modèle élémentaire pour conduire ces différentes analyses, nous pourrons considérer ce dernier comme une sorte de « modèle atomique » (atomique au sens grec : élément insécable) susceptible de représenter tout type de transaction au sein d’une organisation quelconque.

En associant à chaque transaction l’énergie qu’elle met en jeu, nous appliquerons à cet atome bien particulier les résultats établis par Boltzmann pour la théorie des gaz parfaits.

Nous proposerons alors d’appréhender la performance globale d’une organisation grâce à la mesure des fréquences de transactions propres à chaque niveau hiérarchique.

Cela nous permet de caractériser la dynamique d’une organisation.

3.Enfin, nous présenterons un exemple concret d’utilisation de la méthode pour définir une stratégie industrielle.

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 92% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

DOI (Digital Object Identifier)

https://doi.org/10.51257/a-v1-ag1571


Cet article fait partie de l’offre

Management industriel

(72 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Lecture en cours
Présentation
Version en anglais En anglais

3. Étude d’un cas

L’objet de ce cas est d’illustrer l’utilisation de la modélisation sénaire pour définir une stratégie.

Il s’agit du cas réel d’une société de production de périphériques d’ordinateurs confrontée à un problème persistant de manque de fiabilité des composants achetés.

L’intérêt du cas tient à la complexité du problème posé et également au fait que les acteurs en présence ne sont pas au sommet de la hiérarchie, ce qui limite leur possibilité d’actions.

3.1 Présentation de la société MPI (Matériels Périphériques Informatiques)

Nota :

le nom de l’entreprise a été changé.

C’est la filiale d’un constructeur de matériels informatiques (notamment d’ordinateurs) d’envergure internationale, spécialisée dans la réalisation de périphériques d’ordinateurs.

La fabrication proprement dite (montage, méthodes, gestion) est structurée par lignes de fabrication (1 800 personnes), spécialisées par type de produit : dérouleurs de bandes, imprimantes, disques durs, auxquelles s’ajoutent les ateliers et services communs dont en particulier :

Nous allons nous intéresser aux différents acteurs directement concernés par le processus d’achat des composants électroniques entrant dans la fabrication des circuits imprimés montés par les unités de fabrication dans leurs différents produits.

  • Le service Études travaille en étroite collaboration avec les unités de fabrication et leurs services commerciaux. Ce service intervient dans le processus en établissant les spécifications d’achat. Ses objectifs principaux sont essentiellement d’obtenir les composants les plus performants. La culture d’entreprise privilégie la technologie, et le service Études a tendance à toujours utiliser les tous derniers composants, sans attendre, parfois, d’être sûr de leur maturité et au détriment de la standardisation.

  • L’unité de fabrication des cartes imprimées fonctionne en sous-traitant interne des autres lignes de produits. Elle a le plus grand mal à obtenir des prévisions de demande fiables de leur part. Elle reproche au service Études de fournir des cahiers des charges aux contraintes trop serrées et de toujours...

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 95% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Management industriel

(72 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Lecture en cours
Étude d’un cas
Sommaire
Sommaire

BIBLIOGRAPHIE

  • (1) - ABELLIO (R.) -   La structure absolue, essai de phénoménologie génétique.  -  Éd. Gallimard (1965).

  • (2) - CROZIER -   L’acteur et le système.  -  Éd. du Seuil (1977).

  • (3) - BERNARD-WEIL (E.) -   Approche des systèmes ago-antagonistes.  -  Approche des systèmes ago-antagonistesTechniques de l’Ingénieur (2002).

  • (4) - BUCKI (J.) -   Analyse décisionnelle des systèmes complexes.  -  Analyse décisionnelle des systèmes complexesTechniques de l’Ingénieur (2002).

  • (5) - SUN TZU -   L’art de la guerre.  -  Éd. Flammarion (1978).

  • (6) - MARCH (J.G.), SIMON (H.A.) avec la collaboration de Harold Guetzkow -   Organizations.  -  Ed. Wiley New York (1958), traduction : Les organisations, Éd. Dunod (1964).

  • ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 95% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Management industriel

(72 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS