Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

La Corée s’invite sur la scène nucléaire britannique

Posté le par Xavier Lula dans Énergie

Le groupe coréen (du sud) Kepco a été désigné comme repreneur préféré du projet de centrale nucléaire Moorside, au Royaume-Uni. Il s’agit d’une première européenne pour cette compagnie publique asiatique désireuse d’entrer sur de nouveaux marchés internationaux. Pour Londres, l’entrée de Kepco doit relancer un projet qui avait du plomb dans l’aile et permettre une baisse des coûts du nucléaire outre-Manche.

Kepco remplace Engie

L’entrée de Kepco dans le projet de Moorside fait suite au retrait d’Engie, en avril dernier, du consortium chargé de la construction de la centrale. Le groupe français a fait jouer une clause de cession de ses participations (40% du projet – 118 M€) à son partenaire Toshiba, suite à la faillite de Westinghouse (filiale américaine du groupe japonais). Kepco était en compétition avec la China General Nuclear (CGN), également intéressée et déjà partenaire d’EDF sur Hinkley Point C.

Pour le groupe coréen, la reprise du projet Moorside est très importante dans sa stratégie de conquête des marchés internationaux. Le programme nucléaire du Royaume-Uni offre en effet une belle vitrine pour des constructeurs désireux de montrer leurs compétences dans la construction et l’efficacité de leurs réacteurs de dernière génération (APR-1400 pour Kepco, EPR pour EDF et le HPR 1000 pour CGN). Jusqu’à présent, Kepco n’avait réussi qu’une seule vente de réacteur nucléaire à l’étranger, en 2009 et plus précisément aux Emirats Arabes Unis. Le groupe coréen avait alors surpris le secteur en enlevant un contrat de 20 milliards de dollars pour quatre réacteurs nucléaire de 1 400 MW, promis sur le papier au consortium français EDF/Areva/GDF Suez/Total, jugé trop cher par Abu Dhabi.

Moorside vue artiste Nugen

La question du prix

Si l’entrée de Kepco est plutôt une bonne nouvelle pour le gouvernement britannique qui doit renouveler rapidement son parc électrique : 20 % des capacités du pays fermeront d’ici 2020. La stratégie d’Albion repose sur le couple nucléaire / énergies renouvelables, notamment l’éolien en mer dont le Royaume est un leader mondial en termes d’installations. Mais depuis le contrat signé avec EDF sur Hinkley Point C, qui garantit au groupe français un prix de vente de 92,50 £/MWh (105 €/MWh), des voix se sont élevées pour dénoncer un prix jugé trop élevé, notamment face à la chute des coûts des énergies renouvelables partout dans le monde.

Si le gouvernement de Teresa May n’a pas remis en cause son ambition nucléaire, son  ministre de l’Energie Richard Harrington a néanmoins indiqué lors d’une récente conférence que la question du prix serait cruciale pour approuver le projet de Moorside. «Ces annonces soulignent toutes les grandes opportunités qui se présentent à l’industrie nucléaire, mais nous savons que le secteur est également confronté à un grand défi, à savoir rester compétitif. L’éolien offshore et l’avancement des technologies telles que le stockage par batteries augmenteront la pression sur les autres technologies, notamment nucléaire. Le gouvernement jouera un rôle clé à cet égard, mais il ne fait aucun doute que l’industrie doit montrer la voie», a-t-il déclaré. Selon la presse anglo-saxonne, le ministre exigerait une baisse des coûts comprise entre 20 et 30%. Une équation compliquée pour une industrie, à qui il est demandé de multiplier les démarches coûteuses de sûreté suite à l’accident de Fukushima en 2011, tout en baissant ses prix.

Romain Chicheportiche

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !