Logo ETI Quitter la lecture facile
internet

En ce moment

État de l’internet en France : bilan de santé mitigé

Posté le par Iris Borel dans Informatique et Numérique

Pour la seconde année, l'ARCEP publie son rapport sur "l'état d'internet en France ". Il s'intéresse aux différentes composantes des réseaux internet, fixes et mobiles : qualité de service, interconnexion, progression de l'IPv6, neutralité du net et ouverture des terminaux.

Dans un gros pavé d’environ 90 pages, le « gendarme des télécoms » dresse « l’état d’internet en France ». Objectif de ce bilan de santé : s’assurer que le réseau de réseaux qu’est internet demeure un bien commun inclusif ».

Les experts de l’ARCEP ont donc ausculté les différents « organes » du web français : réseaux internet fixes et mobiles, progression de l’IPV6, neutralité du net… Le gendarme a mis à l’amende les différents services censés mesurer les performances d’une connexion internet.

C’est un euphémisme de dire que l’ARCEP a constaté que les comparateurs actuels présentent des résultats qui ne sont pas du tout cohérents. Ils ne reflètent en aucun la performance d’un fournisseur d’accès. Les tests que tout les internautes font ne constituent donc pas un élément permettant de déterminer le bon FAI : il y a un facteur de 1 à 5 en ce qui concerne le résultat observé pour la même ligne !

Pourquoi de telles différences ? Elles s’expliquent par le nombre de variables prises en compte (navigateur utilisé, connexion Ethernet/WiFi, etc.). En outre, les classements par débits opérés par les observatoires de la qualité ne différencient pas les technologies utilisées (ADSL, fibre et câble) par les FAI. Devant une telle situation, l’ARCEP va «proposer la version bêta d’un code de conduite et d’une méthodologie » en concertation avec tous les acteurs concernés.

S’agissant de la progression de l’IPv6, l’Autorité avertit que la multiplication des objets connectés va épuiser le stock d’adresses IPv4 encore disponibles d’ici à 2021. À ce jour, seuls deux opérateurs parmi les quatre principaux ont un nombre significatif de clients activés en IPv6.

La moitié du trafic par 4 fournisseurs de contenus….

Concernant la neutralité du net, l’ARCEP estime que « les actions de préventions ont porté leurs fruits » et que la majorité des acteurs français concernés par le règlement européen sur l’Internet ouvert suivent les recommandations. Mais la réalité est-elle aussi rassurante ?

Aux États-Unis, l’abrogation de la neutralité du Net est entrée en vigueur le 11 juin. Une victoire pour l’opérateur américain Verizon et d’autres (AT&T, Charter, Comcast, CenturyLink…) qui militent pour l’autorégulation et la priorisation payante du service d’accès.

Cette situation pourrait-elle déboucher en France sur un internet à deux vitesses ? Netflix et Google (YouTube inclus) ont accaparé près d’un tiers du trafic total en France en 2017 selon l’ARCEP. Le service de streaming vidéo ne représentait que 9% du trafic internet en France en 2016. Au total, les quatre principaux fournisseurs de contenus (Google, Netflix, Akamai, Facebook) cumulent environ 50% du trafic entrant sur les réseaux des principaux FAI en France.

Et cette situation devrait s’accentuer avec la montée en puissance de la fibre optique qui incite à regarder des vidéos sur le web. Quelques jours après la présentation de son second rapport, l’ARCEP a publié les résultats de son observatoire du marché des services fixes à haut et très haut débit. Au cours du premier trimestre de cette année, le nombre d’abonnements très haut débit (débit maximum descendant supérieur ou égal à 30 Mbit/s) a progressé de 505 000 pour atteindre 7,5 millions.

Le nombre total d’abonnements à haut et très haut débit atteint 28,6 millions à la fin du premier trimestre 2018, en croissance de 175 000 en un trimestre et de 685 000 en un an (+2,5%).

Par Philippe Richard

Pour aller plus loin

Posté le par Iris Borel


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !