Logo ETI Quitter la lecture facile

Les Etats-Unis sont dès à présents de grands producteurs mondiaux de pétrole

Posté le par La rédaction dans Énergie

[Tribunes de Raymond Bonnaterre]

Il est de bon ton, dans une actualité française qui suit, souvent avec retard, les progrès conduits dans l’extraction des gaz et condensats non conventionnels de douter de l’aptitude des Etats-Unis à devenir très bientôt le premier producteur mondial de pétrole.

Je voudrais ici, rappeler que dès à présent les Etats-Unis sont le troisième producteur mondial de pétrole et qu’ils ne sont qu’à quelques encablures de la première place détenue par l’Arabie Saoudite (avec 9,5 millions de barils/jour), elle-même talonnée par la Russie. 

 Cependant, affirme l’EIA, compte tenu de la part des condensats de gaz de schistes dans les productions  de pétroles américains, c’est la part des pétroles légers qui s’accroit, alors que les productions de pétroles lourds ou moyens restent sensiblement constantes (FIigure 1).

  • Figure 1

Compte tenu de cette segmentation des productions, deux hypothèses d’évolution du marché américain du pétrole sont possibles :

  1. Soit, comme c’est le cas aujourd’hui, les producteurs américains n’ont pas le droit d’exporter  de pétrole brut (sinon sous dérogation à leurs voisins du Nafta) et dans ce cas les raffineurs vont poursuivre les importations de  pétroles lourds complémentaires pour assurer les productions de gazole dans les raffineries locales et exporter de plus en plus de produits raffinés bien valorisés;
  2. Soit, l’Administration Américaine autorise certaines exportations de pétrole léger, en particulier vers l’Asie qui viendraient pour une part se confronter aux fournitures russes ou en provenance du Moyen-Orient.

Dans tous les cas, les importations nettes américaines de pétrole et produits pétroliers vont  baisser.

Le monde ne souffre pas d’un manque de stock naturel de pétrole et d’autres ressources énergétiques, par contre il doit investir pour maintenir des flux croissants de fournitures qui se stabiliseront, un jour, que sous l’impact des prix croissants. Ce n’est pas encore le cas.

Cela veut dire, en l’absence de signal prix et en présence d’une demande croissante, tirée par l’Asie, que les cours du pétrole disposent encore d’un boulevard pour se valoriser.

Par Raymond Bonnaterre

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !