Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Un mois dans l’espace #22

Posté le par Pierre Thouverez dans Espace

Que s'est-il passé au-dessus de nos têtes depuis un mois ? Alors que le retour sur Terre de Thomas Pesquet vient d'être repoussé de quelques jours à cause d'un problème de santé mineur chez l'un des astronautes présent à bord de l'ISS, gros plan sur les évènements qui vont se succéder pour les quatre astronautes qui s'apprêtent à quitter l'espace.

Il y a deux jours, la Nasa annonçait avoir repoussé le retour sur Terre de l’équipage Crew-2, pour des raisons météorologiques. En effet, une capsule Crew Dragon devait initialement décoller le dimanche 31 octobre du Kennedy Center, avec à son bord quatre astronautes, : les Américains Raja Chari, Thomas Marshburn et Kayla Barron, ainsi que l’Allemand Matthias Maurer. Ces derniers remplaceront l’équipage de la mission Alpha.

Les membres de Crew-3, qui vont remplacer dans les jours qui viennent l’équipage actuellement à bord de l’ISS ©SpaceX

Le vol qui a donc été repoussé pour des raisons météorologiques au 3 novembre dans un premier temps, a ce matin fait l’objet d’un nouveau report, pour « un problème de santé mineur chez l’un des astronautes », comme annoncé par la Nasa.

L’agence américaine a également précisé que ce problème de santé rencontré par l’un des astronautes n’était pas une urgence médicale, et n’était pas lié au Covid-19. Le départ de Crew Dragon est donc annoncé pour samedi 5 novembre à 23h36 heure locale. Thomas Pesquet et ses trois collègues seront dans la navette qui repartira de l’ISS, à priori. En effet, la Nasa a laissé entendre une possible passation indirecte des commandes de la station spatiale internationale entre les équipages, ce qui reviendrait à dire que le Français, qui a pris les commandes de l’ISS le 4 octobre dernier, pourrait être amené à rester quelques jours supplémentaires à bord.

Que va-t-il se passer lorsque les quatre astronautes arriveront à bord de l’ISS ? Lorsque la capsule Crew Dragon s’arrimera à l’ISS, environ 22 heures après son décollage de Floride, le nouvel équipage pénétrera à bord de la station. Peu de temps après aura lieu la passation de pouvoir, entre Thomas Pesquet et le Russe Anton Chlaplerov, qui se trouve déjà à bord de l’ISS. Ce dernier est en orbite autour de la Terre depuis le 5 octobre dernier, en compagnie d’un réalisateur et d’une actrice russes, qui ont tourné le premier film dans l’espace.

A partir de là, la passation à proprement dite devrait durer quelques jours : en avril 2021, lorsque l’équipage du Crew-1 avait quitté l’ISS, 8 jours avaient été nécessaires pour effectuer cette passation.

Une fois que Thomas Pesquet et ses trois collègues astronautes auront embarqué à bord de Crew Dragon, la capsule de SpaceX, ils atterriront quelques heures plus tard au large de la Floride, dans l’une des sept zones prévues à cet effet. Des bateaux seront présents sur chacune de ces zones pour accueillir la capsule et aider l’équipage à s’extraire de Crew Dragon.

Ce retour sur Terre devrait, selon l’agence spatiale européenne, être plus technique pour l’équipage qu’un retour sur la terre ferme, qu’avait connu Thomas Pesquet en 2017.

Ensuite, direction Houston pour l’équipage qui subira une batterie de tests, qui permettront d’évaluer l’état de santé des astronautes et établir leur programme de ré-acclimatation aux conditions terrestres. Quelques jours plus tard, Thomas Pesquet prendra la direction du Centre Européen des Astronautes de Cologne en Allemagne pour trois semaines, avant de se voir octroyer une semaine de vacances, la première depuis très longtemps pour le Français, qui a dévoilé sur Twitter il y a deux jours avoir pris une seule journée « off » depuis son arrivée à bord de l’ISS.

Enfin, Thomas Pesquet retournera à Houston courant décembre, pour participer à de nouveaux tests : les médecins vont attentivement suivre l’évolution de son état de santé dans les mois qui viennent.

Et la suite ? Ce qui est certain, c’est que le Français ne mettra plus les pieds dans l’ISS. Âgé de 42 ans, il pourrait faire partie des heureux élus qui, grâce au programme Artemis, vont effectuer une mission en orbite lunaire, aujourd’hui prévue pour 2023, avant de reposer le pied sur la lune l’année suivante.

La mission Artemis prévoit d’installer une base lunaire, d’ici à 2024 ©Nasa

Par P.T

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !