Article

1 - CONSOMMATIONS D’ÉNERGIE ET VIE QUOTIDIENNE

2 - L’ÉNERGIE, POSTE CLÉ DANS L’INDUSTRIE

3 - AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS L’INDUSTRIE SELON LES NORMES NF EN 16247

4 - AU-DELÀ DU RESPECT DE L’OBLIGATION RÉGLEMENTAIRE...

5 - CONCLUSIONS. FACTEURS CLÉ DE SUCCÈS

Article de référence | Réf : BE8518 v1

Efficacité énergétique dans l’industrie. Les bénéfices pour l’entreprise

Auteur(s) : Didier KECHEMAIR

Date de publication : 10 juil. 2016

Pour explorer cet article
Télécharger l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !

Sommaire

Présentation

RÉSUMÉ

L’objectif de cet article est de contribuer à faire progresser la prise de conscience pour améliorer l’efficacité énergétique dans l’industrie en dressant un panorama des différents enjeux économiques, techniques, réglementaires et managériaux . La similitude avec la prise de conscience plus générale, dans la vie quotidienne, des questions de consommation d’énergie permet d'illustrer ce concept. Des ordres de grandeurs, des principes et des orientations générales sont fournis ainsi que la méthodologie des audits énergétiques obligatoires dans l’industrie et les bénéfices pour l’entreprise de s’engager dans une démarche de management de l’énergie.

Lire cet article issu d'une ressource documentaire complète, actualisée et validée par des comités scientifiques.

Lire l’article

ABSTRACT

Energy Efficiency in Industry: benefits for companies

This article seeks to raise awareness for improving energy efficiency in industry through an overview of various economic, technical, regulatory and managerial issues. The similarity with the more general awareness in everyday life of the issues of energy consumption illustrates this concept. Order of magnitude, principles and general guidelines are provided, along with the methodology of mandatory energy audits in the industry and the benefits for companies of engaging in an energy management approach.

Auteur(s)

  • Didier KECHEMAIR : Président fondateur de Didier Kechemair Consultant - Stratégie énergétique, innovation, partenariats internationaux, Paris - Ingénieur de l’École Polytechnique et de l’ENSTA - Docteur de l’Université de Paris Orsay - Expert efficacité énergétique dans l’industrie - Certifié AFNOR n° 15062999

INTRODUCTION

Le premier objectif de l’amélioration de l’efficacité énergétique en France et dans les pays industrialisés, dans l’industrie aussi bien que pour les particuliers, est d’ordre économique : il s’agit de réduire le montant des factures énergétiques. Ce n’est pas forcément le cas partout : dans les pays en développement où l’accès à l’énergie peut être de moins bonne qualité dans certaines zones, le premier objectif peut être d’améliorer la garantie de stabilité et de sécurité de l’alimentation (on parle souvent de résilience) pour des systèmes « critiques » (santé, télécommunications...).

Pour atteindre cet objectif dans le cas d’un site industriel, il est nécessaire de comprendre les étapes des procédés, de cartographier et quantifier les consommations et leurs évolutions dans le temps, pour optimiser in fine le rapport, corrigé de facteurs non maîtrisable (conditions météorologiques...) entre l’énergie consommée et la production réalisée. Pour chaque environnement métier, des indicateurs pertinents doivent être définis, caractérisant de façon détaillée cet objectif global.

Il en va de même pour le cas résidentiel. C’est l’objectif d’offres commerciales de plus en plus nombreuses de dispositifs, matériels ou logiciels, d’aide au suivi des consommations, depuis les dispositifs de pilotage actif des consommations jusqu’aux batteries pour le stockage d’électricité dans l’habitat résidentiel. Les « compteurs intelligents », quoique « l’intelligence » des modèles en cours de déploiement soit encore très limitée, s’inscrivent dans ce mouvement : des consommations plus prévisibles et pilotables en temps réel permettront à terme de mieux adapter les moyens de production.

À l’interface entre l’habitat et l’usine, le tertiaire est en première ligne pour l’émergence du « smart-building ». Avec des capacités de production d’énergie renouvelable, de stockage d’électricité, de gestion des données énergétiques, il peut mutualiser ses ressources avec le quartier. Il est à la fois plus robuste, face aux aléas de fourniture de service par les réseaux auxquels il est connecté, et plus coopératif, capable de « s’effacer » pour les soulager en période de pic de demande.

L’amélioration de l’efficacité énergétique apparaît ainsi, comme un des moteurs d’une évolution profonde des usages de l’énergie, mais aussi des modèles économiques des acteurs du secteur et des innovations radicales qui l’accompagnent.

Le potentiel correspondant est encore largement à exploiter dans beaucoup de sites industriels, ce qui suppose d’abord une prise de conscience des enjeux économiques et techniques. Une « analyse système » de chaque procédé, type d’énergie mis en œuvre, ou poste de consommation, est en effet un préalable nécessaire pour identifier et hiérarchiser les potentiels d’amélioration de l’efficacité énergétique. La démarche peut conduire à remettre en cause les habitudes, à revisiter certains procédés : au lieu de laisser refroidir une brame d’acier à l’air libre, on peut, en la refroidissant de manière active, récupérer son énergie disponible. La démarche de management de l’énergie peut aussi conduire à introduire de nouvelles sources d’énergie pour réduire l’impact environnemental de la production. Elle conduit à renforcer la maintenance préventive des machines existantes et à revoir le plan d’investissement pour les renouveler avec des technologies moins gourmandes en énergie. Elle incite à prendre en considération le contenu énergétique des produits en revoyant leur conception et à reconsidérer le statut des « déchets » dans une approche d’économie circulaire permettant de valoriser l’énergie qu’ils peuvent contenir. Études, investissements, audits, sont des coûts... et des opérations dont le temps de retour sur investissement peut être jugé trop long dans le contexte économique actuel difficile pour les entreprises.

Comment rendre économiquement attractif pour l’entreprise l’engagement dans des actions visant un management de l’énergie plus efficace ? Au-delà de l’estimation chiffrée, toujours nécessaire, des temps de retour sur investissements, la motivation des équipes et le comportement individuel de chacun jouent un rôle déterminant. L’individu devient en effet de plus en plus citoyen « consommateur responsable » d’énergie aussi bien à son domicile que sur son lieu de travail.

Il n’entre pas dans le champ de cet article de détailler les méthodes scientifiques et problématiques spécifiques de chacun des domaines techniques abordés, ni de couvrir la grande diversité des secteurs industriels concernés par l’obligation réglementaire. Pour plus de détails, se reporter aux articles du Pack Thermique industrielle, ou aux publications spécialisées relevant de chaque domaine technique, de chaque métier ou secteur industriel.

On ne fait pas ici de distinction entre les installations nouvelles et les installations existantes : les exploitants des sites industriels peuvent être incités à progresser dans un cas comme dans l’autre.

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

KEYWORDS

management system   |   energy efficiency certificate   |   industry   |   energy   |   energy performance   |   energy audit

DOI (Digital Object Identifier)

https://doi.org/10.51257/a-v1-be8518


Cet article fait partie de l’offre

Industrie du futur

(104 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Industrie du futur

(104 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Sommaire
Sommaire

BIBLIOGRAPHIE

  • (1) -   *  -  http://www.courseapied.net/ http://entrainement-sportif.fr/

  • (2) - PÉRÈS (G.) -   Dépense énergétique et activités physiques et sportives.  -  Faculté de médecine Pierre et Marie Curie (2011).

  • (3) -   *  -  http://europa.eu/youreurope/business/ environment/energy-labels

  • (4) -   *  -  http://www.monenergie.net/consommation-moyenne-electricite.php

  • (5) - SAPY (G.) -   La transition énergétique.  -  L’Harmattan (2013).

  • (6) - NGÔ (C.), NGÔ (H.) -   Physique statistique, introduction.  -  Dunod (2008).

  • ...

1 Réglementation

Décret du 31 mars 2010

Décret 2013-1121 du 4 décembre 2013

Décret 2014-1393

Décret et arrêté du 24 novembre 2014

Loi Transition énergétique et croissance verte du 17 août 2015

Loi DDADUE du 16 juillet 2013

Loi Pape

Loi NRE 2001

Loi du 12 juillet 2010

Directive 2012/27/UE

Directive 2010/30/CE

Directive IPPC européenne

Directive 2006/32/CE

Directive européenne ErP

Directive 2009/91/CE

HAUT DE PAGE

2 Normes et standards

EN NF 16247

NF X 50-091

EN 50160

EN 61000

ISO 50001

EN 16001

ISO 9001

ISO 14001

HAUT DE PAGE

3 Organismes

CEREN http://www.ceren.fr

AIE http://www.iea.org

ADEME http://www.ademe.fr

CEN https://www.cen.eu

CENELEC https://www.cenelec.eu

AIEA https://www.aiea.org

...

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 92% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Industrie du futur

(104 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS