Logo ETI Quitter la lecture facile

La Bolivie se lance dans le nucléaire

Posté le par Pierre Thouverez dans Énergie

Le président de la Bolivie, Evo Morales, a posé le 6 mars dernier la première pierre du futur et premier réacteur nucléaire expérimental du pays. Il s’agit d’un des grands projets nationaux lancé par le leader du pays andin.

El Alto

C’est sur un terrain de 15 hectares, situé dans la localité de El Alto, que sera construit « le plus grand centre nucléaire de toute l’Amérique du sud », assure Wilerema Alacona, chef de ce projet. Estimée à 300 millions de dollars (272 M€), l’installation dédiée à la recherche et à la santé, sera construite avec l’aide de la compagnie russe Rosatom. Le projet est supervisé par le Dr Silverio Chávez  directeur de l’Instituto Boliviano de Ciencia y Energía Nuclear (IBTEN), qui a réalisé son cursus nucléaire en France, à Paris puis Grenoble. S’il est encore trop tôt pour savoir s’il sera effectivement le plus grand centre nucléaire du continent, il est en revanche certain que, juché à 4 000 mètres d’altitude, il sera le plus haut. Il aura également l’inconvénient d’être à côté de l’aéroport international et très proche (15 km) du centre de la capitale La Paz, ce qui n’est pas sans poser quelques questions de sécurité…

Grands projets

Pourquoi ce petit pays coincé dans les Andes, en queue de peloton des nations sud-américaines en terme de développement, se lance-t-il dans une telle aventure ?

09 marzo 2016, Oruro.- El presidente Evo Morales inaugura vuelos de la aerolínea Boliviana de Aviación (BoA) ampliando red de destinos a Bolivia. (Fotos: Freddy Zarco)

Avant tout, sous l’impulsion de son président, Evo Morales, qui a décidé de lancer une politique de grands projets pour redorer l’image du pays et le projeter dans le XXIème siècle. Le nucléaire civil, est l’un d’eux. Les télécommunications sont l’autre pilier de la stratégie présidentielle. Très isolé, le pays a compris que les nouvelles technologies pourraient plus rapidement le sortir de son isolement. C’est pourquoi La Paz a acheté à Pékin le satellite de télécommunications Túpac Katari. Il a été mis en orbite depuis la Chine le 20 décembre 2013. En aval, le gouvernement a créé l’entreprise publique Quipus, dédiée à la fabrication d’ordinateurs et de téléphones portables. La Bolivie est en effet l’un des principaux producteurs de silicium, matière indispensable à la fabrication de ces appareils. Cette politique doit permettre au pays de diversifier une économie tournée essentiellement vers les matières premières.

Diversification

L’économie bolivienne est très largement dépendante de l’exploitation des matières premières (gaz naturel, pétrole et minerais). Elles représentent près de 90% des exportations du pays. De fait, il a longtemps été l’objet de la malédiction des Etats rentiers qui se caractérise par des taux de corruption et d’inégalité très élevés. A l’image de la plupart des pays sud-américain, la Bolivie a basculé à gauche dans les années 2000, avec l’arrivée au pouvoir en 2006 d’Evo Morales, premier amérindien à occuper un tel poste. Il s’engage à réduire la pauvreté par des programmes sociaux très populaires qui lui permettront de se faire réélire à deux reprises (2010, 2014). Il engage aussi ces fameux grands projets destinés à diversifier l’économie du pays andins et à réduire sa dépendance. Une tâche difficile et longue.

Chute des cours

La Bolivie peut s’appuyer sur un taux de croissance relativement élevé (entre 4 et 5% par an), des réserves de devises importantes et une inflation sous contrôle. Pour autant, la chute des cours du pétrole, du gaz et des matières premières en général a largement impacté la balance commerciale du pays. Elle est devenue négative en 2015 pour la première fois depuis 12 ans. Reste à savoir si le pays aura les moyens de ses ambitions si les cours restent durablement bas. L’expérience montre en effet qu’il est politiquement plus acceptable de retarder ou d’abandonner des projets plutôt que de couper dans les aides sociales. Il reste à Evo Morales 4 ans de présidence pour faire avancer ces dossiers, les électeurs ayant rejeté par referendum sa candidature à un quatrième mandat.

Romain Chicheportiche

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez

Les derniers commentaires

  • Croire qu’il y a des ressources gratuites n’est-il pas une belle illusion? Lavoisier et ses successeurs n’ont pas fini d’éduquer: Energie=transformation

  • Donc il ne fait que d’obéir aux injonctions du capitalisme général: Il existe que deux familles de ressources : Les fossiles /fissiles qui ont des coûts d’achats et d’exploitations importants. L’autre famille ce sont les Ressources Naturelles Directes, qui sont abondantes et gratuites, leurs installations productives s’amortissent avec leurs productions.


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !