Logo ETI Quitter la lecture facile

Zero Standby Energy réduit à zéro la consommation des appareils en veille

Posté le par Frédéric Monflier dans Innovations sectorielles

Le composant électronique Zero Standby Energy promet d’annihiler la veille des appareils électriques, qui pèse sur la consommation énergétique. Il sera mis en vente en début d’année prochaine.

Objectif… nul ! Le slogan pourrait désigner l’action de Zero Standby Energy, un circuit électronique miniature conçu pour réduire à zéro la consommation électrique des appareils en veille. Ou dit autrement, les appareils qui ne sont pas à l’arrêt complet, mais en sommeil, ponctionnant en douce et en continu des dizaines de watts-heure sur le réseau électrique. L’Ademe, d’après une fiche éditée en juin dernier, en dénombre entre 15 et 50 par foyer, dont la consommation en veille coûterait 80 € par an. A l’échelle mondiale, celle-ci représenterait 1% des émissions de CO2.

Zero Standby Energy est une réalisation commune de Raymond Morel, un ingénieur suisse, et de Raoul Parienti, un habitué des concours Lépine et créateur, entre autres, du Pass Navigo. Cet ex-professeur associé de l’Université de Nice-Sophia Antipolis est aujourd’hui à la tête d’une holding qui détient quelque 150 brevets. Vient s’ajouter à la liste cette invention composée de deux parties : une télécommande et un circuit électronique passif intégré dans l’appareil.

«Le signal ultrasonique émis par la télécommande, dans la bande des 40 kHz, entre en résonance avec le circuit électronique, explique Raoul Parienti. Il se produit une différence de potentiel qui permet d’enclencher ou de déclencher à distance l’interrupteur, et donc de mettre en marche ou à l’arrêt l’appareil». Le bouton On/Off de la télécommande, qui sert d’ordinaire à l’entrée ou la sortie de veille, peut ainsi totalement couper l’alimentation. «L’émission ultrasonique est légèrement directive, avec un angle de 60°, admet Raoul Parienti. Mais ces ondes rebondissent sur les murs.»

Bientôt intégré dans les appareils électroniques ?

Les consommations en veille étaient telles dans les années 2000 – une quinzaine de watts pour un téléviseur par exemple – que la Commission européenne avait enjoint les fabricants à la diminuer progressivement au cours des années 2010. L’efficacité énergétique s’étant amélioré dans le même temps, la LED qui signale l’état de veille d’un TV et la photodiode en attente du signal infrarouge de la télécommande consomment quelques dixièmes de watt aujourd’hui. Mais les équipements électroniques se sont tellement multipliés que le sujet n’en reste pas moins d’une grande importance, à l’origine de nombreux travaux.

Dans un document publié en mai dernier, des chercheurs de l’Université de Californie et du laboratoire national Lawrence Berkeley décrivent ainsi quelques solutions techniques pour résoudre cette problématique, dont certaines ont donné lieu à des prototypes. Le cap de la commercialisation est toutefois plus difficile à franchir, ce que Zero Standby Energy a réussi, semble-t-il. D’ici au premier trimestre 2020, une prise externe est prévue pour le grand public et sera disponible, avec sa télécommande, dans la grande distribution. Son prix n’a pas encore été fixé, mais serait inférieur au coût de la consommation électrique des appareils en veille dans un foyer. Sa consommation propre ne sera pas nulle cependant, car le circuit à quartz, requis pour la programmation horaire de son fonctionnement, réclamera une petite quantité de courant.

A plus long terme, l’équipe de Zero Standby Energy voudrait implanter son dispositif dans les appareils électroniques eux-mêmes et concéder une licence d’exploitation. «Nous discutons avec deux fabricants majeurs de TV et d’équipements électroniques, confie Raoul Parienti. Notre composant ne mesurant qu’un demi-centimètre cube, son intégration est facile. L’émetteur dans la télécommande est encore plus petit et ne consomme que quelques micro-ampères sur quelques millisecondes. L’impact sur le prix est négligeable». Quoi qu’il en soit, si cette offre voit le jour, le remplacement du parc actuel par des appareils «0 watt en veille» prendra de nombreuses années.

Pour aller plus loin

Posté le par Frédéric Monflier


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !