Logo ETI Quitter la lecture facile

Des scientifiques découvrent un nouveau phénomène de pollution plastique sur la côte de l’île de Madère

Posté le par La rédaction dans Environnement

Des chercheurs du Centre des sciences de la mer et de l’environnement (MARE) du Portugal ont découvert sur l’île de Madère, au Portugal, des roches à croûtes plastiques qu’ils considèrent comme une nouvelle forme de pollution.

Le MARE est un centre de recherche scientifique portugais, basé dans 7 institutions d’enseignement supérieur portugaises. Il s’est spécialisé dans l’étude des écosystèmes aquatiques, y compris les bassins hydrographiques et les zones adjacentes, les estuaires et les écosystèmes marins côtiers et océaniques.

Les scientifiques dirigés par le Professeur Ignacio Gestoso, l’ont désignée comme une « plasticroûte », composé de polyéthylène, mais à la provenance encore inconnue.

La première hypothèse avancée est qu’il s’agit de fragments de plastique qui sont entrés en collision avec les rochers de la côte sud de Madère à cause des vagues et des marées.

Les scientifiques ont publié les conclusions de leur étude dans le bulletin scientifique Science of the Total Environment et espèrent désormais poursuivre leurs recherches pour en savoir plus sur la formation de cette « plasticroûte ».

Le Professeur Gestoso a déclaré au site Earther que  » les croûtes ont probablement été formées par le choc de morceaux de plastique plus gros contre la côte, ce qui a amené à la formation d’une croûte, de la même manière que celles formées par les algues et les lichens ».

Le chercheur a souligné que le plastique peut progressivement remplacer d’autres revêtements rocheux naturels qui sont l’habitat et la source de nourriture des balanes ou des bigorneaux.

L’équipe du Professeur Gestoso a découvert que des ânes se nourrissaient d’algues recouvrant la croûte plastique, ce qui laisse supposer qu’ils ingurgiteraient également du plastique, risquant ainsi d’entraîner le blocage du tube digestif par des particules de plastique ou l’introduction de polluants dans leur système digestif.

Ces croûtes de plastique avaient déjà été détectés en 2016, mais en début d’année, l’équipe du Centre de la Faculté des Sciences et Technologies l’Université Nova de Lisbonne est retournée sur le site et a vu que le plastique était encore encastré dans la roche, ce qui pourrait être considéré « une nouvelle catégorie de déchets marins« , dit MARE dans un communiqué.

Source : France Diplomatie

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !