Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

La Blockchain peut-elle faire sauter la banque ?

Posté le par Xavier Lula dans Informatique et Numérique

Après une période mêlant dédain et inquiétude vis-à-vis notamment du Bitcoin, les milieux financiers s’intéressent de près à cette solution. De nombreux projets sont lancés par différentes institutions afin de ne pas être concurrencées par des entreprises plus petites, mais plus agiles et novatrices.

La technologie Blockchain ne fait plus peur aux banquiers ! Au contraire, elle les attire. Selon une étude publiée le 13 février 2017 par Infosys Finacle, entité d’EdgeVerve Systems et son partenaire Let’s Talk Payments (LTP), plus de 80 % des banquiers interrogés s’attendent à voir l’adoption commerciale de cette technologie se concrétiser d’ici 2020. Et ils mettent en avant quatre arguments principaux : moins d’intermédiaires dans les transactions, donc moins de coûts de fonctionnement, des échanges plus rapides et plus sécurisés.

La moitié (50 %) des institutions financières ont d’ailleurs déjà investi ou prévoient de le faire dès cette année en s’associant avec une start-up de la FinTech ou une entreprise technologique. La Banque de France confirme cet intérêt. Après avoir noué un partenariat en 2016 avec deux start-ups spécialisées (le Labo Blockchain et Blockchain France), elle vient d’ouvrir un Lab pour attirer les start-ups de la Blockchain. « La digitalisation du secteur financier peut accélérer ce processus positif : (…) la Blockchain aide aussi à accélérer le développement de l’e-commerce et à moderniser les échanges physiques », a déclaré François Villeroy de Galhau, son gouverneur dans un discours à Paris FinTech Forum. En Suisse, UBS a invité des concurrents – Deutsche Bank, Santander, etc. – à la rejoindre pour travailler sur une monnaie virtuelle qui pourrait être utilisée dans les transactions entre banques.

12 milliards

Mais certaines institutions en sont déjà au déploiement. Les banques Emirates NBD et ICICI Bank vont s’appuyer sur la Blockchain dans le cadre des virements internationaux et des financements commerciaux. Selon l’enquête d’Infosys, cinq principaux cas d’utilisation devraient entrer rapidement en production : les paiements transfrontaliers, la gestion de l’identité numérique (pour réduire la fraude lors des paiements électroniques), la compensation et le règlement, la gestion des lettres de crédit et la syndication de prêts.

La Blockchain est aussi perçue comme un moyen de faire des économies. Pour les banques d’investissement, la rationalisation de certaines fonctions permettrait d’économiser environ 12 milliards de dollars par an selon une étude réalisée en 2016 par Accenture. Dans le détail, cette étude estime que les établissements pourraient abaisser les coûts de 70 % dans les reporting financiers, de 50 % dans les fonctions de compliance et dans la même proportion pour les supports opérationnels comme la rédaction des accords de principe.

Et le client, dans tout ça ? Comme nous l’avons évoqué dans notre article sur ce qu’est la Blockchain, les deux principaux intérêts sont le développement du micro-paiement et l’accélération des transferts d’argent, tout en payant une commission réduite. Concernant les tarifs justement, leur attractivité dépendra en partie de la capacité des petits acteurs et des cryptomonnaies à concurrencer sérieusement les banques. C’est le cas notamment de Ripple, troisième plus importante cryptomonnaie par capitalisation boursière, après Bitcoin et Ethereum. Utilisé par des entreprises telles que UniCredit, UBS ou Santander, le protocole Ripple a été de plus en plus adopté par les banques et les réseaux de paiement comme technologie d’infrastructure de règlement. Il permet d’effectuer des transactions financières sécurisées, instantanées et presque gratuites, de toute taille sans rejets de débit. Il prend en charge n’importe quelle monnaie fiduciaire, cryptomonnaie, marchandise ou toute autre unité de valeur telle que miles aériens, minutes mobiles, distances de GPS…

La crainte d’être ubérisé…

Malgré cet engouement, la Blockchain inquiète, car il n’existe aucune barrière à l’entrée : n’importe qui peut créer un service qui fonctionne et bousculer des acquis. « La Blockchain (peut) remettre en cause des modèles économiques, mais aussi des modèles de régulation. (…) Nous sommes pour une Blockchain réglementée : on garde un modèle ouvert et il faut créer des nœuds d’accès », expliquait au site FrenchWeb Franck Guiader, directeur FinTech, Innovation et Compétitivité à l’AMF (Autorité des Marchés Financiers).

D’où notamment le partenariat signé en juin dernier entre la Caisse des Dépôts, la BNP et la Société Générale afin de favoriser le financement des PME grâce à la Blockchain. Derrière cet accord, c’est la volonté de ne pas être « ubérisé » et de conserver la position d’intermédiaires privilégiés des entreprises. L’économiste Philippe Herlin considère en effet que « les banques sont ubérisables en tant que très grosses structures, très hiérarchisées et centralisées ».

Philippe Richard

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !