Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Une vie professionnelle à réinventer

Posté le par Pierre Thouverez dans Innovations sectorielles

Automatisation, production à la demande, conception assistée par ordinateur, intelligence artificielle… on a souvent du mal à imaginer quel sera le rôle des salariés dans une usine 4.0.

D’abord, les évidences. Les métiers de l’usine du futur vont être très différents de ceux que l’on a connus il y a quelques décennies mais aussi de ceux que l’on connaît aujourd’hui.

On entend beaucoup que l’usine du futur est plus une révolution industrielle qu’une révolution technologique. Quand on liste les nouvelles technologies qui envahissent les sites industriels, cela peut paraître contre-intuitif. Et pourtant, tous ces changements auront in fine des conséquences qui vont aboutir à une nouvelle façon de penser et de “pratiquer” l’industrie.

Ainsi, robots, automates, impression 3D, intelligence artificielle, maintenance prédictive… sont des technologies qui vont rendre les besoins en main-d’œuvre quasi nuls sur les chaînes de montage, la maintenance des appareils, le transport… C’est une certitude : tous les métiers à faible valeur ajoutée vont disparaître des usines, petit à petit.

Pour résumer, l’automatisation de toutes ces tâches à faible valeur obligera les salariés des usines du futur à se former à ces technologies.

Se former sans cesse

Mais ce n’est pas tout. Les technologies évoluent très vite aujourd’hui. Prenons l’exemple de l’informatique : aujourd’hui les développeurs informatiques sont rarement compétents sur tous les langages informatiques. Ainsi, durant leur carrière, ils vont devoir se former sur tout un panel de langages pour être compétents et compétitifs sur le marché de l’emploi. Souvent d’ailleurs, ils peuvent être recrutés et formés sur de nouveaux langages une fois en poste.

Il en sera exactement de même pour le salarié lambda de l’usine du futur : il va devoir se former tout au long de sa carrière professionnelle. Il s’agit de la révolution la plus importante au niveau professionnel depuis des décennies.

Nous vivons aujourd’hui déjà les préludes de cette future réalité. Sauf qu’aujourd’hui, les besoins de formation sont extrapolés à partir de besoins de compétences non pourvus sur le marché de l’emploi. Cette réalité va s’amplifier sans commune mesure avec celle que l’on connaît aujourd’hui.

Pour le dire vite, il est impératif que l’écosystème constituée par l’usine du futur propose des plans d’apprentissage et de formation spécifiques tout au long de leur carrière pour ses salariés. Cela est une condition à l’existence même des smart factories.

Récemment, l’Institut Montaigne évaluait à 100 000 le nombre de chefs de projets d’ETI et de PME à former dans les trois ans qui viennent. Sacré défi.

Au final, que demande-t-on à un salarié de nos jours ? On exige de lui qu’il soit mobile, qu’il sache s’adapter, développer de nouvelles compétences… Aujourd’hui, ces capacités constituent un réel plus pour décrocher un travail dans n’importe quel secteur industriel. Dans l’usine du futur, ces capacités seront des prérequis incontournables.

Le plus que pourra apporter le salarié avec lui, c’est une capacité à toujours innover dans une usine du futur où l’environnement sera bientôt plus intelligent que l’homme à tous les niveaux.

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !