Logo ETI Quitter la lecture facile

La route du futur se concrétise

Posté le par Matthieu Combe dans Innovations sectorielles

L'ADEME a désigné les quatre premiers lauréats de son appel à projet « Route du futur » dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir. L'objectif est de réduire l'impact environnemental des infrastructures routières et enclencher leur transition énergétique et écologique.

Les premières solutions qui se verront accompagnées par l’ADEME couvrent un large champs d’action. Elles visent à réduire l’empreinte écologique des infrastructures et à incorporer de nouveaux modes de production d’énergie dans la chaussée. Elles amélioreront également la conception des matériaux entrant dans la fabrication des routes et proposeront de nouveaux services pour réduire les coûts d’exploitation et d’entretien. Plusieurs démonstrateurs sont prévus d’ici 2020 sur ces différents projets.

Une route 100% recyclée

En 2016, seulement 17 % des matériaux utilisés pour la construction et l’entretien des routes étaient recyclés. Ils provenaient de la déconstruction d’anciennes infrastructures. Le projet « 100 % recyclée », porté par Eurovia vise à développer des matériaux contenant uniquement des produits recyclés. Et ce, afin de réduire l’utilisation des matières premières et les émissions de gaz à effet de serre et de polluants. L’objectif est d’atteindre des performances mécaniques identiques à celles des matériaux neufs, à un prix compétitif.

Le textile intelligent pour protéger des cavités

Le projet REGIC est porté par la PME Texinov en collaboration avec l’INERIS et le laboratoire 3SR (Sols, Solides, Structures, Risques). Il vise à développer et industrialiser une membrane géosynthétique intelligente qui viendra renforcer les sols situés au-dessus de cavités. Ce géosynthétique pourrait être d’une grande utilité dans des villes bâties sur d’anciennes carrières, comme Paris. Doté de capteurs, il permettra de détecter rapidement un affaissement ou un effondrement du sol, et sonnera l’alerte auprès de l’Ineris. Les professionnels pourront alors intervenir afin de corriger la structure et prévenir tout risque d’effondrement. Les premières ventes devraient démarrer en 2020.

La boîte à projets d’I-Street

Le consortium du projet I-Street regroupe Eiffage, Total, l’IFSTTAR et la PME Olikrom. L’idée est ici d’enclencher la transition des métiers de la construction routière et proposer de nouveaux produits et services. Là encore, les solutions cherchent à réduire les impacts environnementaux, tout en introduisant le numérique dans la conception et la construction routière. I-Street comporte six volets distincts, dans une approche intégrée. Nous noterons particulièrement le développement de chaussées modulaires, constituées d’éléments béton préfabriqués facilement manipulables. Rajoutons la mise en place de la maintenance prédictive des infrastructures, grâce à l’intégration de capteurs. Enfin, le projet développe des peintures photoluminescentes pour assurer la visibilité du marquage de la chaussée, en cas de mauvaises conditions météorologiques.

Novatherm propose son échangeur éthermique

La température à la surface d’une route peut atteindre les 60°C en été. L’objectif du projet Novatherm, coordoné par Eurovia est de récupérer cette chaleur grâce au développement d’un échangeur thermique en surface de la chaussée pour contribuer au chauffage des bâtiments en été. En hiver, l’échangeur alimenté par des énergies renouvelables (solaire, géothermie, biomasse) permettra de dégeler les routes ou de faire fondre la neige.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !