Logo ETI Quitter la lecture facile

Nos enfants souffriront du changement climatique

Posté le par Matthieu Combe dans Environnement

Nos enfants sont déjà touchés par le changement climatique. Savoir à quel point cela impactera leur santé tout au long de leur vie se décide aujourd’hui. C’est l’alerte lancée par 120 experts publiée dans le journal médical The Lancet.

La nouvelle étude « Lancet Countdown sur la Santé et les Changements Climatiques » publiée le 14 novembre s’attache cette année à alerter sur les conséquences qu’aura le changement climatique sur les enfants nés à partir de 2019. Ce rapport annuel réunit 120 experts issus de 35 institutions, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Banque Mondiale.

Inutile d’attendre d’hypothétiques générations futures. Les enfants nés à partir d’aujourd’hui seront exposés aux conséquences de la hausse des températures. Les experts identifient plusieurs risques sanitaires liés à un monde qui pourra se réchauffer de plus de 4°C dans 71 ans. Citons la malnutrition, la hausse des maladies infectieuses, l’impact de la pollution aux particules fines et la multiplication des maladies virales comme la dengue. Cette maladie transmise par les moustiques est celle qui se propage le plus rapidement avec le réchauffement climatique. Près de la moitié de l’humanité est désormais menacée.

Des enfants particulièrement vulnérables

« Les enfants sont particulièrement vulnérables aux risques sanitaires liés aux changements climatiques, explique le Dr Nick Watts, directeur exécutif du Lancet Countdown. Leur corps et leur système immunitaire sont en train de se développer, ce qui les rend plus vulnérables aux maladies et aux polluants environnementaux ». En particulier, la pollution de l’air est particulièrement néfaste pour les jeunes dont les poumons sont encore en développement.

Ces dommages persistent et pourront avoir d’autres effets à l’âge adulte. « Sans action radicale de la part de tous les pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, les gains en termes de bien-être et d’espérance de vie sont compromis », alerte-t-il. Un air pollué tout au long de la vie diminue la fonction pulmonaire, aggrave l’asthme, augmente le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Quelle sera leur vie devenus adultes ?

L’Accord de Paris prévoit de limiter le réchauffement climatique sous la barre des 2°C en 2100, voire le cantonner à 1,5°C. Les experts rappellent qu’il faudrait baisser les émissions de CO2 d’origine fossile de 7,4% chaque année à partir de maintenant jusqu’en 2050 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Nous n’en prenons pas le chemin puisqu’elles ont augmenté entre 2018 et 2019.

Sans changement radical, nos enfants seront confrontés à davantage de phénomènes météorologiques extrêmes. Les canicules, les inondations graves, les sécheresses prolongées et les feux de forêt se multiplieront. Les vagues de chaleur, plus fréquentes et plus longues, auront un impact important sur leur capacité de travail. Rien qu’en 2018, quatrième année la plus chaude enregistrée de l’ère industrielle, la chaleur extrême a entraîné la perte de 45 milliards d’heures de travail par rapport à l’année 2000. En parallèle, les récoltes diminueront, menaçant la sécurité alimentaire et entraînant une hausse des prix de l’alimentation.

Des objectifs ambitieux à respecter

Plusieurs lois récentes donnent des objectifs ambitieux d’ici 2050. S’ils sont atteints, un enfant né en 2019 verra en France la fin des ventes de voitures neuves à essence et diesel d’ici son 21e anniversaire. Pour ses 31 ans, la France et plusieurs autres pays du monde atteindront la neutralité carbone.

Les auteurs du Lancet Countdown appellent à bannir le plus rapidement le charbon dans le monde. Ils invitent les pays riches à respecter leur engagement de financer les pays en développement chaque année à hauteur de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. « Augmenter les systèmes de transports publics pour qu’ils soient accessibles, abordables et efficaces, en favorisant la marche et le vélo, en créant des pistes cyclables, et en mettant en place des programmes de location ou d’achat de vélos », voici la troisième piste. Et enfin « investir massivement » pour adapter le système public de santé. Car l’adaptation au changement climatique passera aussi par un accès assuré aux services médicaux et aux services d’urgence.

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !