Logo ETI Quitter la lecture facile

À l’usine, au bureau, tous remplacés par des robots ?

Posté le par Pierre Thouverez dans Insolite

Les progrès du numérique vont-ils conduire au remplacement des humains par des machines en toutes tâches ? Enquête auprès de chercheurs en intelligence artificielle et en économie sur l'évolution de nos emplois dans dix ou vingt ans.

Nous roulions dans une rue, j’examinai anxieusement les policiers et les agents d’entretien : c’étaient des robots. Un épicier se retourna avec curiosité : c’était un robot. Je tentai de distinguer les chauffeurs des voitures qui nous dépassaient : elles n’en avaient pas. Face aux clients, à la banque, au restaurant, au salon de coiffure, c’étaient des robots, tous, chatbots et androïdes, à roulettes ou sur des jambes…
Cette scène imaginaire, inspirée du roman de Pierre Boulle La planète des singes, présage-t-elle du futur qui nous attend ? Depuis quelques années, des chiffres tapageurs font les titres de la presse au sujet de l’automatisation du travail, susceptible d’être effectué par des machines ou des logiciels. Selon certaines études, cela concernerait près d’un emploi sur deux dans les dix ou vingt prochaines années ! Après le plombier polonais, le (ro)bot autonome voleur d’emploi s’invite dans les débats…

Combien d’entre nous seront-ils concernés ?

« Ces études se sont notamment basées sur la créativité et la dextérité manuelle requises par un emploi pour déterminer s’il est automatisable ou non », commente Gregory Verdugo, chercheur au Centre d’économie de la Sorbonne. Plus fine, une étude de l’OCDE distingue les différentes tâches d’un même emploi et tient compte du degré d’interaction avec les clients ou les collègues, une capacité gourmande en adaptabilité et, pour l’heure, non automatisable à 100 %. Résultat : « seulement » un emploi sur dix serait menacé par la prochaine « robolution » dans les pays les plus industrialisés.

Avec une approche similaire, l’enquête Insee/DARES arrive à 15 % d’emplois automatisables pour la France. « Bien malin en vérité qui peut prédire ce qui sera techniquement automatisable », intervient Gregory Verdugo selon lequel aucun de ces chiffres ne fait sens. « En 2004, Frank Levy et Richard Murnane, deux économistes de Harvard, classaient la conduite parmi les activités qui échapperaient aux révolutions technologiques parce qu’elle réclame de s’adapter à des situations non prévues. Six ans après la sortie de leur livre, les Google Cars sillonnaient les routes californiennes… », illustre l’économiste.

« Jusqu’à présent, ce sont surtout les emplois non qualifiés qui ont été pourvus ou modifiés par des machines, dans les usines principalement. Aujourd’hui, c’est le caractère routinier ou non d’une activité qui est pris en compte, le fait de suivre une suite d’actions selon un protocole strict », analyse Gilles Saint-Paul, chercheur au sein de l’unité Paris-Jourdan Sciences Économiques. Et routinier ne rime pas forcément avec peu qualifié. Jardiniers et plombiers tirent ainsi leur épingle du jeu, en partie grâce à la souplesse de leurs gestes et à leur facilité de déplacement, bien loin de celles des robots. Tandis que les cols blancs ont de quoi trembler sérieusement, à commencer par les comptables jugés à l’unanimité « très automatisables ».

Selon le New York Times, de nombreuses banques américaines développent des « robo-advisors », logiciels qui gèrent le patrimoine et font fructifier l’argent de leurs clients. Au Japon, Watson, la célèbre intelligence artificielle d’IBM, remplace trente-quatre employés d’une compagnie d’assurance-vie, soit un quart des effectifs. Et on teste des algorithmes pour conseiller juges et avocats à partir de décennies de jurisprudence ou pour distinguer entre mille une tumeur maligne. Chaque jour, ou presque, de nouvelles prouesses émaillent la rubrique high-tech des webzines, laissant perplexes les jeunes cadres dynamiques.

Source: CNRS

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez

Les derniers commentaires

  • On oriente souvent les articles généralistes de ce type sur l’avenir des robots. Je suggère de revoir l’article en partant de l’humain.
    Les robots et l’automatisation sont des progrès positifs que s’ils ne sont ressentis comme tels.
    Si pour la survie de l’entreprise, cela peut être bénéfique, celui qui perd son emploi ou ne trouve pas de travail car remplacé par un « automatisme » ne verra pas ça comme un progrès positif. Le travail laborieux – dangereux (…) remplacé par une machine peut être bien sûr un progrès.
    L’un des enjeux de nos sociétés est, à mon avis, que fait-on pour que nous vivions tous heureux….
    Donc allons jusqu’au bout en incluant l’impact. du changement.

  • …. suite à lecture d’un article sur l’impression 3D :
    Michelin a mis au point un pneu imprimé en 3D , en cas d’usure on ré-imprime dessus : moins d’emploi mais moins de consommation d’énergie

  • – La « robotisation » d’un certain nombre d’ emplois
    – La prise de consience du fait que l’on ne fabrique pas l’énergie , on dispose d’un potentiel limité, donc la consommation est elle aussi limité.
    – L’abandon des énergies fossiles carbonées piler principal de notre industrie
    Ces hypothèses étant incontournables, on ne peut faire autrement que de revoir notre modèle économique et industriel, la première condition pour que cela ce réalise est de changer notre comportement.


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !